RP118

6,93 €

UGS : RP118 Catégories : ,

Description du produit

MENSUEL

FRANCE / 7,90


BELGIQUE / 8,45


LUXEMBOURG / 8,25


SUISSE / 12,60 FS

ESPAGNE / 8,45


NGINSMOTEURS
UNERETRAITE
ENPENTEDOUCE
CTUALITÉ
UGMENTATIONDECAPACITÉ
OULON
NGINSMOTEURS
UNERETRAITE
ENPENTEDOUCE
CTUALITÉ
UGMENTATIONDECAPACITÉ
OULON
des autorails simples et fiables
des autorails simples et fiables
Nombre de pages : 512
Format : 165 mm x 235 mm
Réf. : 110 192
L’histoire de la SNCF est
une aventure !
Cette saga où se mêlent hommes et
matériel, au service d’un réseau vital
pour la France, se consacre autant à la
grande Histoire qu’aux anecdotes. Née
d’une loi d’août 1937, la SNCF n’est
au départ que l’assemblage hétéroclite
des « Grands Réseaux », tous soucieux
d’entretenir tant leurs spéci�cités que
leurs cultures. C’est donc dans la
tourmente de la Seconde Guerre
mondiale que l’uni�cation des réseaux
se forgera, la cohésion des cheminots
ayant admirablement servi la
Résistance. Après la guerre, le réseau est
plus que jamais indispensable ; il sera
un acteur essentiel de la reconstruction.
Tout en contribuant à l’euphorie
économique des « trente glorieuses »,
le chemin de fer amorce sa
modernisation, mais deux décennies
seront néanmoins nécessaires au
remplacement de la traction vapeur.
NOUVEAUTÉ
Histoir
Histoir
e de la SNCF

Loic Fieux
65

PAR COURRIER :
La Vie du Rail – service
commandes – 11, rue de Milan
75440 PARIS cedex 09
P
A
R

T
É
L
É
P
HO
NE

:
PAR INTERNET :
www.laviedurail.com
V
V
enant de vivre la 32
Coupe de l’America(2007), la ville espagnole de Valence a résolument fait le choix du tramway. Ce n’était pourtant pas
gagné! Quand, au début des années90, une première ligne (ligne4) est reconstruite sous cette forme, les opposants sont légion. Mais sa mise
en service soulève d’emblée l’enthousiasme, et près de cinq millions de voyageurs l’empruntent dès la première année d’exploitation.
V
V
oilà qui explique, sans doute, la propension actuelle de la municipalité à vouloir parier sur le tramway, en complément d’un réseau de trois
lignes de métro (lignes 1, 3 et 5). Après avoir inauguré, en avril dernier, une deuxième et très courte ligne de tram (également indicée «5» car
en prolongement direct, à Maritim Serreria, avec la ligne de métro correspondante), elle se prépare à en ouvrir une troisième (la ligne6, longue
d’environ 5km) dès novembre.
A
A
u plan de la numérotation, Valence ne pratique aucune distinction entre métro et tramway, dont les caractéristiques relèvent d’ailleurs du
standard
«Stadtbahn»,
avec parcours préférentiels en site propre. Ces réseaux sont conjointement exploités par l’opérateur FGV (Ferrocarrils
de la Generalitat Valenciana), qui avait hérité, en 1987, des pénétrations urbaines d’anciennes infrastructures à voie métrique alors gérées par
les célèbres Feve (Ferrocarriles Españoles de Via Estrecha – Chemins de fer espagnols à voie étroite). Un héritage qui s’est traduit par la reconduction
L
L
a ligne4, d’orientation sensiblement nord-ouest à sud-est, tangente le
centre historique par le nord. Elle transporte aujourd’hui quelque 25000
voyageurs par jour et bénéficie d’une priorité «théorique» au franchissement
des carrefours, d’où sa vitesse commerciale de 17km/h. C’est le «terrain de
jeu» de 23 rames Siemens, unidirectionnelles et à plancher bas partiel, livrées
de 1994 à 1996, et qui ne sauraient donc s’aventurer sur la ligne5 dépourvue
de boucle de retournement à ses extrémités…
C
C
ette toute nouvelle ligne de tramway indicée «5» est bien singulière.
Ayant son origine à Maritim Serreria, terminus souterrain du métro por-
tant le même numéro, où elle y est en correspondance quai à quai, elle rejoint
aussitôt la surface au moyen d’une trémie en sortie de station. Après seule-
ment deux arrêts intermédiaires, elle atteint son terminus de Neptu, à proxi-
mité du bord de mer. Autant dire qu’en cette saison c’est véritablement le
tram de la plage, où affluent les adeptes d’un rafraîchissant petit «plouf» en
Méditerranée pour mieux couper leur journée…
C
C
’est sur cette infrastructure toute neuve qu’ont été mis en service, dès son inauguration, les tout premiers des nouveaux FlexityOutlook de
Bombardier. Ces magnifiques rames font partie d’une commande de 30 unités à partager entre les réseaux de Valence (19) et Alicante (11).
Un amendement au contrat porte à 18 le nombre des options. De fait, une dernière ligne de tramway reste en projet sans échéance de réalisation,
la ligne2 (Bailen – Nazaret), qui compléterait le réseau actuel… qu’il vaut mieux, ces temps-ci, éviter de photographier!
C
C
ar, en Espagne, il ne fait vraiment pas bon prendre des images de tramways. Votre serviteur, tout comme d’autres photographes présents et les
deux représentants du constructeur qui l’accompagnaient, se sont tous fait longuement relever leur identité par la police locale, alors qu’ils
attendaient, sur la voie publique, le passage de la nouvelle rame avec leur appareil. Il semble d’ailleurs que de nombreux photographes ferroviaires
aient récemment subi pareille mésaventure de l’autre côté des Pyrénées, si j’en crois une info publiée sur Internet, que m’a envoyée notre collabora-
teur Aurélien Braida. Sale temps, décidément, pour les amateurs de trains…
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
3
Le numéro119de «Rail Passion» paraîtra le 27 août 2007
PHILIPPE HÉRISSÉ
Photo de couverture:
Engagés sur le TER 22949/50 Nice – Coni, les X 2216 et X 2217 Paca, encadrant une remorque, s’apprêtent à pénétrer dans le tunnel de Coalongia, au Km 24, à L’Escarène
Prise de vue:
ÉDITORIAL
ÉDITORIAL
Croisement de deux rames Bombardier Flexity Outlook flambant
neuves, au cours de leurs essais sur la future ligne 6 du tramway
de Valence, en Espagne (20juin 2007).
Ph.Hérissé
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
4
R.Daugeron
C.Masse
Class 66 d’EWSI avec un train en provenance de l’EP de Changis-Saint-Jean et à destination de Calais-Fréthun, en stationnement à Chelles (19 juin 2007).
Vue, ici, au Chevallon-de-Voreppe, une BB 15000, la BB 15027, venue exceptionnellement à Grenoble pour des essais de réversibilité avec une V 2N (20 juin 2007).
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
5
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
PRINCIPAUX COLLABORATEURS
Laurent Charlier, Régis Chessum,
Bernard Collardey, Christian Fonnet,
Jean-Pascal Hanss, François Jolly, Guy Landgraf,
(014526 82 57).
Françoise Bézannier (0149701256).
(0149701204).
(01497012 48).
ATTACHÉE DE PRESSE
(0142662127).
GRAVURE
Pascal Riffaud et Simon Raby.
Corlet Roto, Ambières-les-Vallées.
de 2043200euros.
D’ADMINISTRATION
PRINCIPAUX ACTIONNAIRES
SNCF, Le Monde, Ouest-France,
Durée de la société: 99 ans.
Numéro de commission paritaire: 75783,
Siège: 11, rue de Milan,
Tél.: 0149701200.
Fax: 0148743798.
SOMMAIRE
6 à 35 / Actualités
BRÈVES:
(pages 6 à 11)
La seconde vie de la BB 67446.Les TER2N NG arrivent
sur Beauvais.Zurich – Paris : de bons débuts mais…
Le lotissement se réorganise.Europorte 2 débutera
avec le port de Dunkerque. BB 67400 au long cours.
Améliorations en vue sur l’itininéraire international
du Transjuralpin.Le dernier Bâle – Paris en diesel.
241 A 65 : le retour.Midi-Pyrénées : la région
Harry Potter en gare de Marseille-Saint-Charles.
Des Vossloh G 322 B série MK danoises en vente.
Crossrail se recentre.Fin de carrière prématurée pour
les 1822 des ÖBB. CFLCargo montre ses couleurs.
La DBinvestit l’Europe de l’Ouest.
FRANCE:
(pages12 à 18)
Augmentation de capacité sur Marseille – Toulon.
(pages19 à 21)
L’AMG 800 : le nouvel autorail des CFC.
Dernières nouvelles de la planète TGV.
MF 77, une première rénovation lourde à la RATP.
La Basse-Normandie personnalise ses Corail
Intercités.
INTERNATIONAL:
Bruxelles – Luxembourg en cours
de réaménagements.
Ligne du Tonkin : des signes encourageants
de renouveau.
Le trafic bois renaît à Pontarlier grâce aux CFF.
(pages 40 – 41)
Allemagne : diesels DE2700 et ER 20 en mélange
sur la Marschbahn.
42 à 65 / Engins moteurs
Les X 2200 : des autorails simples et fiables.
BB 16500 : la retraite en pente douce.
66 à 71 / Histoire
La ligne de faîte du Lötschberg : un pari audacieux,
72 – 73 / Touristiques
De nouveaux matériels panoramiques SSIF
74 à 81 / Patrimoine
De Bourg-en-Bresse à Mâcon, un parcours magique
sur la 241 P 17.
82 – 83 / Événement
Wolsztyn : 17 vapeurs pour 100 bougies.
84 à 94 / Modélisme
Des engins à télécharger (9
automoteurs électriques.
En vitrine par Guy Landgraf.
97 / Les Rendez-vous
de «Rail Passion»
98/ Courrier des lecteurs
L’adieu aux CC 6500
De Lyon à Modane à bord de la 6575,
sur l’un de ses tout derniers trains réguliers
Le 3 juin 2007,la CC 6575 remorquait le 883312/313,l’un
tous les temps.
Rail Passion
était du voyage pour filmer ces instants
aux prises avec les rampes de Maurienne.
* Pour les n°vendus en kiosque et pour les abonnés ayant opté pour la formule DVD.
� Bon de commande
et grille
des petites annonces
en page 96.
� Bulletin d’abonnement
en page 95.
DVD
EXCEPTIONNEL
AVECLEN
a relation TGV Zurich – Bâle –
Paris connaît, depuis le 10 juin
2007, une fréquentation excellen-
te: «au-delà de nos espérances»,
de Lyria. Mais une certaine pruden-
tout est entrepris pour que l’embel-
Paris. Dans le premier cas, le TGV
second, le Zurich – Paris s’accouple
Alleo de et vers l’Allemagne.
aussi de Paris à Mulhouse avec
l’IDTGV. Enfin, c’est dans une gare
TGV POS 4406, désormais proprié-
té des CFF, a été baptisée aux
2007. Tout un symbole !
Si le TGV Est-Européen rapproche-
France, la «nouvelle» gare de Bâle
parachevait 100 ans plus tôt la
l’Alsace à la Prusse –, amorcée,
Bordeaux, prend feu, probable-
L’incendie s’est déclaré sur un
Mares, l’atelier directeur de la sé-
Une ATP (autres travaux program-
comme les portes. Par la même
Le 9 juin dernier, après plusieurs
sur des Paris – Provins.
À noter que la BB 67418, dont la
cabine 1 a, elle aussi, été incen-
diée, en avril 2007, certainement à
la suite d’un choc, se trouve ac-
La seconde vie de la BB 67446
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
Actualité Brèves
Zurich – Paris: de bons
Les TER 2N NG arrivent sur Beauvais
a région Picardie engage pro-
sur Paris – Beauvais.
disponibles et six autres assure-
ront cette desserte à partir d’oc-
tobre 2007 avec les rames VO 2N
Corail réversibles et des RIO «dro-
madaires».
Au total, la région Picardie a com-
2N NG quadricaisses, qui vont ve-
nir s’ajouter aux huit rames pen-
http://www.railpassion.com
vos opinions sur les
forums de discussion
La BB 67446 en stationnement à Pantin (13 juin 2007).
La Z 26551/52 au départ de Paris-Nord pour Beauvais (12 juin 2007).
TGV Paris – Bâle assuré par une rame POS, à Tecknau (juin 2007).
M.Carémantrant
S.Lucas
S.Meillasson
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
9
Pelliculages
Vues à la station
Porte-de-Charenton,
métro parisien, dans
le cadre des essais
Ouragan, deux
rames MF 67
entièrement
illustrées de noms
de stations qui
se chevauchent,
le tout rehaussé
de pictogrammes
colorés des lignes
gare de Marseille-
Saint-Charles, la rame 4521, venant d’assurer le TGV 5301
en provenance de Toulouse, avec une livrée promotionnelle
pour la prochaine Coupe du monde de rugby (2 juillet 2007).
S. L. et C. R.
Harry Potter en gare
de Marseille-Saint-Charles
Potter et l’ordre du Phénix,
pro-
posé par Warner Bros. Pictures et
la SNCF, a circulé en France entre
juillet, à l’occa-
le 11 juillet dernier.
et 24 juin dernier, sur la voie A.
avaient été entièrement aména-
des costumes destinés aux ac-
Grande Salle, l’audience de Harry,
grand hall du ministère de la Ma-
étaient réellement issus du tour-
des reproductions! Il y avait éga-
Harry Potter et l’ordre du Phénix.
C.Riotte
a 241 A 65 devrait bientôt re-
prendre du service. Le problè-
me rencontré avec l’un des es-
marches d’essai cet été, une cour-
se publique pourrait être organi-
séedès la rentrée.
241 A 65: le retour
La BB 63912 arbore désormais une livrée «en voyage…»,
inhabituelle sur ce type d’engin. On la voit, ici, à Sotteville,
le 15 juin 2007, avant son acheminement pour Villeneuve-
Saint-Georges, son dépôt d’attache.
D. Carré
Le nouvel axe d’essieu coudé de
la 241 A 65, avant la pose des roues.
S.Meillasson
D.Carré
a région Midi-Pyrénées a pro-
de régénération et de modernisa-
D’ici à 2013, 820millions d’euros
500millions d’euros versés par la
être signée en septembre 2007 et
des tabliers métalliquesde ponts-
rails, mises en peinture, répara-
essentiellement) seraient égale-
ment traitées. La régénération pro-
prement dite des voies ferrées dé-
ingénieurs à SNCF Infra. Ce se-
raient 550km de lignes qui se-
pour l’essentiel. L’infrastructure
traverses bétons et LRS. Des modi-
ponctuellement de relever les vi-
tesses. Parallèlement, desopéra-
réalisées afin d’augmenter la capa-
cité et fiabiliser l’exploitationavec
le doublement de sections, la créa-
tion d’évitements et la mise en pla-
ce de nouveaux systèmes de signa-
Rappelons qu’entre 2000 et 2007
a crû de 5 à 10millions de voya-
Midi-Pyrénées: la région subven-
tionne la modernisation du réseau
Une des voitures décorées et aménagées du train promotionnel.
S.Lucas
C.Riotte
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
11
Garées à Hausbergen, ces deux G 2000-3 BB, l’une aux
couleurs d’Angel Trains (n° constructeur 500.1617), l’autre aux
couleurs d’ECR (n° constructeur 500.1641), sont en attente
d’homologation en France (10 juin 2007).
A. G.
onçues dans l’optique de s’af-
autrichien et italien de l’artère in-
ternationale du Brenner, la petite
3kV, aura accumulé les déboires.
engins de type BB de 4300kW
1992. Leur comportement calami-
route roulante, ainsi qu’entre Vil-
lach et Tarvisio, ils sont affectés
Après la vente à la Pologne des
1822.002 et 005, il ne restait donc
Elles étaient aidées en cas d’indis-
ponibilité par des 189 de l’opéra-
la série 1216 tricourant 15-25-
3kV, en cours de livraison. Les
la revente!
B. C.
Fin de carrière prématurée
pour les 1822 des ÖBB
La DB investit l’Europe
de l’Ouest
Photos A.Grouillet
A.Grouillet
Transfesa sont rachetés par la
DB. Elle reprend 100% des parts
majoritaire du second. Il faut évi-
politique de la DB, comme le rap-
pelait, en début d’année, Axel Mar-
DB Logistics, «l’ambition du grou-
prestataires». À cette même date,
la DB, «EWS est l’opérateur le plus
actif en France».
un signe avant-coureur. En effet,
c’est la France et les flux vers l’An-
réseau en Europe de l’Ouest et «es-
père, par cette acquisition, amélio-
Euro Cargo Rail». Dans le même
temps, comme le souligne le com-
poursuivre «la coopération avec la
SNCF, laquelle est déjà fructueuse
en ce qui concerne le marché du
wagon isolé».
environ 770millions d’euros et
celui de Transfesa à 290millions
d’euros, ce qui représente respec-
tivement 22% et 8,2% du CA de
la branche ferroviaire de DB Logis-
B.Collardey
et d’Arcelor Profil Luxembourg, fi-
décline progressivement sur l’en-
rateur.
Cargo 02 ex-NEG (G 1100 BB) sur-
Hambourg), le 7 juin 2007
deux opérateurs acquis précédem-
ment: l’allemand Neg Uetersen et
deviennent respectivement les fi-
CFL Cargo montre
ses couleurs
En tête d’un IC venant d’Innsbruck, une 1822 arrive à Lienz.
ette section de 67km
constitue le maillon occi-
dental de l’artère principale re-
littoral méditerranéen. Électri-
de séparation 1,5/25kV en aval
dotée du BAL (block automa-
tique lumineux) avec IPCS (ins-
contresens) d’Aubagne à Toulon.
Blancarde, siège de l’EMT (éta-
8 ‰, ne sont pas des plus fa-
elle remonte la vallée de l’Hu-
Aubagne, siège du centre de re-
(2620m), au débouché duquel
elle laisse entrevoir la «grande
bleue» dans le décor de Cassis,
Jeannots, long de 1625m, do-
presqu’île de Six-Fours. Attei-
les faubourgs de Toulon, ville
adossée au mont Faron et cé-
d’Azur
toujours connu un trafic voya-
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
12
Actualité France
sur Marseille – Toulon
Pour faire face à la saturation de cet axe où circulent en mélange TGV, TRN et TER,
d’importants aménagements seraient nécessaires, dont principalement la création
d’une troisième voie banalisée entre Marseille-Blancarde et Aubagne. Si les fonds sont
débloqués, les travaux pourraient débuter l’an prochain et s’achever en 2012.
AR
B
ERNARD
C
OLLARDEY
UM de TGV Duplex
Nice – Paris
entre Aubagne
et La Penne-
sur-Huveaune.
La troisième voie
sera installée à
droite de la rame
(20mai 2006).
B.Collardey
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
14
Actualité France
L’ouverture de Marseille –
Toulon, d’emblée en double
voie, par la compagnie du
PLM, date du 25 octobre 1858
de Marseille à Aubagne puis,
au-delà sur Toulon, du 3 mai
1859. Un embranchement
à voie unique reliant Aubagne
à Valdonne-Peypin voit le jour
en 1868, avec prolongement
sur La Barque-Fuveau
Utilisée dès lors par le courant
voyageurs issu de toute la
France vers la Côte d’Azur et
Vintimille, touché en 1872,
cette section de ligne
comporte six tunnels dont
ceux du Mussuguet et
Retardé par le premier conflit
mondial, le raccordement des
Chartreux, évitant le tête-à-
queue des trains de voyageurs
en gare en impasse de
Marseille-Saint-Charles,
avec quadruplement jusqu’à
La Blancarde, n’est terminé
qu’en 1919, en parallèle avec
un grand dépôt de locomotives
sur ce site. L’année suivante,
deux faisceaux de triage
impair et pair sont créés
à La Seyne-sur-Mer. Le block
manuel type PLM assure alors
le cantonnement en ligne.
L’entre-deux-guerres marque
l’âge d’or des grands rapides
de luxe aux noms imagés,
réservés à une clientèle aisée
fréquentant les stations du
littoral azuréen. Des autorails
Bugatti prennent en compte
trois paires de liaisons
accélérées Marseille – Nice
et des Somua s’attaquent
Peu après la nationalisation,
en avril 1939, alors que l’on
compte sept trains de nuit
et cinq de jour à long parcours,
le service voyageurs est
La Barque.
En septembre, la déclaration
de guerre suppose la fin des
grands rapides de qualité et la
mise au placard des autorails.
La desserte voyageurs est
devenue très clairsemée avec,
à l’été 1941, par exemple,
quatre trains de jour, un
de Paris, deux de Lyon,
un de Toulouse pour Nice, un
express nocturne Lyon – Nice
et quatre omnibus Marseille –
Toulon.
La suppression de la zone
libre se traduit par
l’envahissement du territoire
par les troupes allemandes.
Le débarquement allié en
Provence, le 15 août 1944, est
précédé par des raids aériens
qui touchent les sites
de Marseille-Blancarde et de
Toulon. La frange littorale est
rapidement libérée mais la
voie ferrée Marseille – Toulon
est impraticable en raison
d’une brèche importante
au viaduc du Grand Vallat,
En janvier 1945, après
réparations provisoires, le
trafic a pu reprendre au
compte-gouttes avec un TA
express et un MV tout
omnibus Marseille – Nice, un
AR Marseille – Aubagne et
deux Toulon – Ollioules. Pour
1947, alors que la nouvelle
région de la Méditerranée a
pris le relais de celle du Sud-
Est, la desserte voyageurs a
repris des couleurs, avec:
la nuit, les 35/36, 3/4
Méditerranée-Express,
103/104 de Paris à Vintimille,
BR/RB Bordeaux et Genève –
Nice;
le jour, le 119/116 Lyon – Nice
et trois Marseille – Nice dont
deux couverts par autorails.
Les années suivantes,
la situation s’améliore
et l’on voit apparaître
le
Train-Bleu,
formé
le
Paris-Côte-d’Azur
et le
fameux
Mistral
le jour, qui se
substitue aux 35/36.
Un maillon de l’artère méditerranéenne
Promenade sur la ligne à l’époque du PLM et de la traction vapeur: la gare d’Aubagne…
… La gare de Bandol…
… Et la gare de Toulon.
Arrivée d’un train en gare de Saint-Cyr-sur-Mer dans les années 60.
M.Maillet/Doc.
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
15
Au début de la décennie 1960,
la batterie nocturne comporte
une bonne douzaine de trains
issus de Paris, Irun, Cerbère,
Genève, Bordeaux, Metz,
Strasbourg, celle diurne en
regroupe huit dont le
Mistral
et le TEE
Ligure
vers Milan.
La vogue des trains auto-
couchette vers Saint-Raphäel,
puis Nice et Toulon
se développe rapidement.
En coïncidence avec
l’électrification, d’importantes
améliorations sont apportées
aux installations en 1964,
1965, comme:

la mise en câbles des circuits
de télécommunications et la
pose du BAL (block automa-
tique lumineux);

la création d’une troisième
voie pour le sens pair à Saint-
Marcel, de voies de garage à
entrée directe à Aubagne,
Saint-Cyr-les-Lecques dans
les deux sens, La Seyne (sens
impair);

le remodelage des gares
de Marseille-Saint-Charles,
Blancarde et Toulon;

l’introduction de PRS (postes
tout relais à transit souple)
à Marseille-Saint-Charles,
agissant jusqu’à Saint-Marcel,
à Aubagne, Saint-Cyr-les-
Lecques et Toulon;

des relèvements de vitesse
en ligne au-dessus de
120km/h jusqu’à 140 (et ulté-
rieurement à 160 du Km 53 au
À compter du 10 décembre
1965, les machines bicourant
BB 25200 et 25500 ont pris le
relais des 141 R fioul, avec des
gains de temps appréciables.
Pour favoriser l’exécution
des travaux et le règlement
éventuel d’incidents, quatre
pas d’IPCS (installation
permanente de contresens)
sont insérés, en juin 1980,
d’Aubagne à La Seyne avec
voie à Cassis, Saint-Cyr et
Bandol, puis, en décembre
1981, de La Seyne à Toulon.
Le trafic voyageurs grandes
lignes a continué de
progresser en volume, quand,
à l’été 1982, les premiers TGV
ont touché Marseille,
condamnant le
Mistral,
le
Train-Bleu
et les rapides
Deux ans plus tard, les rames
orange viennent jusqu’à
Toulon, puis, en 1987, elles
s’aventurent jusqu’à Nice.
Avec l’augmentation graduelle
du nombre de TGV, la trame
des trains classiques s’érode
peu à peu, tandis que
le nombre de TER croît
sensiblement.
Un tournant majeur intervient
au service d’été 2001 avec
l’ouverture de la LGV
Méditerranée jusqu’aux
portes de Marseille. La
desserte grandes lignes est
renforcée et dominée par
les TGV assurant dès lors, en
permanence, six Paris – Nice,
un Paris – Vintimille, quatre
Paris – Toulon, un Dijon – Nice,
un Genève – Lyon – Nice,
un Metz – Lyon – Nice,
un Lille – Nice, un Bruxelles –
Lille – Nice.
Par voie de conséquence,
dégraissée. Elle ne comporte
plus:

le jour que deux Bordeaux –
Toulouse – Marseille – Nice,
sept TER dits Intercités dont
cinq Marseille – Nice, un Mar-
seille – Vintimille et un Lyon –
Nice;

la nuit, un Paris – Vintimille,
un Metz – Nice, un Strasbourg –
Nice, un Bordeaux – Nice, un
Cerbère – Vintimille, un Lille –
Nice l’été, un Nantes – Bor-
deaux – Nice les week-ends.
Le graphique de circulation
de Marseille – Toulon est donc
bien rempli de 5 h à 0 h,
les quelques trains de fret –
notamment ceux complets
de coils de Fos-Coussoul pour
l’Italie
Vintimille – étant
tracés la nuit.
Le rapide 5051 en provenance de Paris au sud d’Aubagne (août 1981).
Un train Paris – Nice à Cassis (août1969).
TER Marseille – Nice vers le Km 14, entre La Penne et Aubagne (21août 2006).
Passage d’un TGV Paris – Nice à Aubagne, sur la section à modifier (21août 2006).
Y.Broncard/Doc.
B.Collardey/Doc.
Photos B.Collardey/Doc.
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
16
Actualité France
Le train 17476 pour
Marseille, emmené
longe un vignoble
à Saint-Cyr
Correspondance rail-route en gare d’Aubagne (21août 2006).
Infographies: V.Morell/Rail Passion
L.Maris
B.Collardey
conduisait à reconstruire le bâ-
voies actuelles, avec aménage-
des abords. Cette option entraî-
de garage impaire et paire exis-
tantes en amont des quais ver-
d’accès substituées pour y en-
trer à 60km/h au lieu de 30.
L’enquête d’utilité publique du
évalué à 153millions
d‘euros aux prix de janvier1999,
soit environ 200millions ac-
mars 2002, mais la déclaration
en juillet2003. Depuis, les
autorités extérieures. Si le fi-
s’achever en 2012, c’est-à-dire
quatre voies principales Vinti-
heure:
un train toutes les 10 min de
Marseille à Aubagne;
Marseille à Toulon, l’un desser-
au-delà d’Aubagne, l’autre La
Saint-Cyr et Bandol;
un train direct Marseille – Tou-
Nice (TER Intercités, TGV ou
Ces dispositions devraient à ter-
8000 voyageurs sur l’axe Mar-
seille – Toulon, soit le double
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
18
Actualité France
Le Téoz n°4764 en
provenance de Nice
et à destination de
Bordeaux-Saint-Jean
passe à La Ciotat
(15mai 2007).
TER 2N en gare de Saint-Cyr-sur-Mer.
L.Maris
D.Saunier/Doc.
C.Recoura/Doc.
TGV Nice – Lille à Toulon (3 juin 1994).
RAIL PASSION N°118
AOÛT 2007
20
lavabo (avec rétention des ef-
fluents) accessible aux per-
Les sièges, ergonomiques,
dans les salles centrales. L’agré-
Le couloir mesure 500mm. Le
sol est recouvert d’un élastomè-
re. L’intercirculation entre les
deux autorails est réalisée à l’ai-
che. L’accès aux cabines de con-
panoramique. Le vaste pare-bri-
légère-
comporte, à droite, un manipula-
freinage. Le freinage est hydro-
d’afficher et saisir les divers pa-
160km/h. Coté gauche, un sé-
Actualité France
Long HT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40m
Longueur d’une caisse . . . . . . . . . . . . . . .20m
Entraxe bogies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13m
Empattement bogies . . . . . . . . . . . . . . . .2,1m
Diamètre des roues . . . . . . . . . . . . . . . .0,75m
Largeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2,733m
Hauteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3,85m
Écartement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1m
Masse en ordre de marche . . . . . . . . . .68,9t
charge exceptionnelle . . . . . . . . . . . . . . . .12t
Places assises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .104
Dont strapontins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16
Principe de fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .double motorisation
Moteur diesel . . . . . . . . . . . . . . . . .Constructeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Deutz
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Type . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .BF 8M 1015
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Configuration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .V 8 refroidi à eau
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Cylindrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15,8l
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Puissance unitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .440kW
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .à 2100 tr/min
Transmission . . . . . . . . . . . . . . . . . .Constructeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Voith
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Type . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .T 212 bre
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Puissance maximale à l’entrée . . . . . . . . . . . . . . .400kW
Commande des essieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .par cardan
Performances
Vitesse maximale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .100km/h
Vitesse en rampe de 30 ‰ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83km/h
Fiche technique AMG 800
La salle panoramique avec son plancher en gradins et, au fond, la cabine de conduite.
Le bogie moteur avec pont moteur, suspension primaire en chevron et suspension secondaire pneumatique, et le moteur V 8 Deutz et sa boîte hydraulique Voith.
AOÛT 2007
RAIL PASSION N°118
21
de circulation. On note égale-
quais pour la montée des voya-
agent seul), l’agent d’accompa-
gnement, le contrôleur, assure la
formes. Un combiné multifonc-
En toiture, non visible de l’exté-
rieur,
chaque moteur, les batteries et le
chargeur. Au-dessus des salles
groupe climatiseur occupent l’es-
réservoir d’eau des WC et l’an-
trouve, sous une trappe, une pri-
rame. Le levage de la rame s’ef-
aux extrémités des caisses. Les
laté-
Ajaccio, Ponte-Leccia, Corte, Île-
«X» semblerait être abandon-
sous la forme de: AMG 800.01 à
800.24. Les AMG 800 sont cou-
UM, soit une longueur de 120m
et une capacité de 312 passa-
prévisionnel de juillet2007 à
mars2008 à partir de la base
d’essais d’Ajaccio. Ils consisteront
très précis (accélérations, freina-
ge, mode dégradé, UM, etc.). La
Après suivra la livraison des 10
AMG pour la Tunisie (SNCFT).
Ces rames tunisiennes sont qua-
Les seules différences,
outre la li-
120km/h, un double vitrage
hauteur et deux WC (un par au-
torail). Suite à la livraison tuni-
corses restantes seront récep-
tionnées une tous les mois. La ré-
gion Paca, désormais autorité or-
sera fait par les ateliers Ca-
2008. Les cinq unités, toutes li-
vrées à cette date-là, seront en-
gagées sur la ligne Bastia – Ajac-
cio, longue de 158km, où le
3heures 52. Ce temps va être ré-
duit à moins de 3heures en
2010, date où la modernisation
(232km) sera achevée, avec no-
ce jour, 118km ont été traités.
Une CCVU (commande centrali-
décembre 2007 entre Bastia et
Casamozza. En 2010, l’offre de
Le pupitre de conduite de l’AMG 800, légèrement décentré sur la droite.
1
2
3
4
7
8
9
11
6
10
5
1 : moniteur ; 2 : radio sol-train ; 3 : frein d’urgence ;
4 : frein de secours ; 5 : sens de marche ; 6 : contact
de veille automatique ; 7 : indicateur de vitesse ;
8 : ordinateur ; 9 : manipulateur traction/freinage ;
10 : avertisseur ; 11 : sonorisation.
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
23
Hellemmes et Romilly. Les rames
R 501 et A 384 ont été les pre-
des premières années a été don-
née aux rames TGV R néces-
Les 49 rames TGV R bicourant
(501 à 550 sauf 502 radiée) sont
rames R tricourant 4507 à 09
traitées en 2007 par avance.
Seulement 21 rames TGV A
TGV A
2008 et aucun TGV R. Les R tri-
2009-2010, les six rames PLT
4501 à 06 passant en fin de pro-
bagages de la R1 des R tricou-
des TGVRéseau
rames du TGV R sont fortement
dédié au TGV Est. En effet, pour
neuves: la caisse reprend celle
15kV 16 2/3 Hz allemand et les
équipements de sécurité corres-
LZB), sans oublier les nouveau-
tés ERTMS et GSM-R. Par
contre, par rapport à la deman-
de TGV R existants.
des rames TGV R 515 à 533 se-
lon le tableau page 24 (supé-
rieur). Mi-juin, les rames 4401 à
4413 sauf 4402 étaient consti-
tuées. L’héroïque 4402 (ex-V
l’été. Les motrices sont numéro-
tées 384001 à 384038. Les voi-
3844011 à 3844198.
Sur les 49 rames d’origine TGV
il en reste donc 30. Or, pour
assurer le TGV Est, il faut 52
rames: 19 POS et 33 R «domes-
tiques». Les trois rames man-
tronçons de TGV R tricourant
4507 à 09. Rénovés en 2007, ils
rames 551 à 553. Leurs motrices
souhaitable de ne pas créer, au
petite. Les tronçons 551 à 553
TGV R bicourant orphelines de-
Il s’agit des motrices ex-TGV R
527, 528 et 531. Les motrices
sont renumérotées 28101 à
28106 et les voitures 281551 à
com-
prend donc les rames TGV R bi-
courant suivantes: 501, 502 à
514, 534 à 553.
Toutes les autres motrices or-
rames baptisées «Réseau-Du-
plex» avec des tronçons neufs
sont numérotées 601 à 619: 16
(601 à 612, 615, 616, 618 et
619) et trois des motrices ex-R
tricourant (613, 614, 617). Le ta-
les R/D 613, 614 et 617 seront
utilisées commercialement com-
me des TGV R bicourant. Les mo-
trices sont renumérotées 28601
à 28038 sauf 28025, 26, 27, 28,
et 386025, 26, 27, 28, 33 et 34
Pour remédier au délai
particulières ont circulé de fa-
des tronçons rénovés ex-TGV R
523, 533 et 531 (futures rames
POS 4418, 4419 et 4417) avec
les motrices ex-TGV R 523, 533
et 4509 (futurs TGV R/D 618,
619 et 617). Les motrices de ces
d’ailleurs déjà de la livrée Du-
plex. Leur transformation défini-
septembre 2007.
Rénovation Lacroix:
le point des rames
rénovées
T
G
V Réseau bic
our
an
t

En 2005: 501, 503, 509.

En 2006: 504, 505, 506, 507,

En 2007: 508, 518, 520, 521,
T
G
V Réseau tric
our
an
t

En 2007: 4507, 4508, 4509.
T
G
V Atlan
tique

En 2005: 318, 384, 385.

En 2006: 310, 321, 331, 333,

En 2007: 304, 305, 306, 308,
Le TGV R 533 à Paris-Est: les motrices sont celles du futur R/D 619 et les remorques celles du futur POS 4419 (juin 2007).
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
26
e 17janvier 2007, la RATP a
mis en circulation commer-
du MF 77 sur la ligne 13 du mé-
entre1978 et1986, ces rames
lignes 7, 8 et 13. Elles sont ac-
tuellement dans leur état d’ori-
disponibles vers 2025-2030. Le
été confié au groupement An-
type RATP à base de vert et
même, l’afficheur frontal du ter-
de la rame mais sans modifica-
Actualité France
MF 77, une première
rénovation lourde à la RATP
Arrivé en 1978, le matériel affecté à la ligne 13 fait l’objet
d’une modernisation qui touche essentiellement
les aménagements intérieurs, les commandes et l’information
aux voyageurs. Les premières rames rénovées circulent déjà
et l’opération se poursuivra jusqu’en 2010.
EXTEETPHOTOSDE
M
ARC
C
ARÉMANTRANT
La cabine rénovée avec (au fond
et agrandie ci-dessus) la console
informatique tactile pour l’infor-
mation dynamique.
Les nouveaux aménagements avec sièges en disposition 2 +1 alternée et barres montantes bi et tribranches.
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
28
e 5octobre 2005, dans le
de Corail Intercités, la SNCF an-
nonce un programme sans pré-
130millions d‘euros: 90 pour la
l’arrivée du TGV Est-Européen,
40 d’entre elles rejoignent le dé-
pôt d’Achères pour Corail Inter-
tes à 200km/h et constituant
14 rames de neuf voitures cha-
Paris – Caen – Cherbourg et Pa-

Trouville-Deauville. Outre la
des prises de courant supplé-
mentaires, des lampes type TGV
personnalisée. Au final, à ce jour,
la rénovation porte donc sur 351
À l’extérieur, la caisse
est uni-
, une vague cassis sur la moi-
tié de la voiture, une vague ver-
te sur l’autre moitié puis la por-
et, enfin, une étoile de mer ver-
te. L’identité des voitures fait
logo de la région Basse-Nor-
Actualité France
La Basse-Normandie personnalise
ses Corail Intercités
Alors que la rénovation de ces matériels est en cours, la région Basse-Normandie, dont
la totalité du parc va être traitée, a demandé que ses rames bénéficient d’une livrée
spécifique. Les premières sont arrivées en juin.
EXTEETPHOTOSDE
M
ARC
C
ARÉMANTRANT
Gare Saint-Lazare, une rame Corail Intercités rénovée Basse-Normandie s’apprête à partir pour Cherbourg (27 juin 2007).
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
30
aux PMR avec des assises ou ac-
et trois places UFR: près de
12% de la capacité totale (668
places assises), un record!
les voitures UFR, qui sont réali-
sées à Romilly: 30 voitures de ce
type sont à réaliser et la premiè-
les B11u actuelles. La première
7juin 2007. La deuxième est ar-
depuis le 4juillet. La troisième
Normandie seront alors entière-
ment équipés de matériel réno-
SNCF espère que la région Hau-
rames pentacaisses) le parc rési-
Cherbourg). Des BB 15000 com-
réversibles BB 16000 et 16100
même le transport chaque an-
née de 24millions de voyageurs
Actualité France
Une activité intermédiaire
Corail Intercités est une activité voyageurs de la SNCF dédiée à la moyenne distance puisque la distance
moyenne parcourue par les voyageurs est de 160km. Près de 330 trains circulent chaque jour sur
25 lignes, desservent 280 gares et empruntent 7500km de ligne dont 3000 non électrifiés. La consistance
va d’un AR quotidien (Quimper – Bordeaux) à plus de 20 (Paris – Rouen et Paris – Orléans).
Aujourd’hui, après la mise en service du TGV Est-Européen, le parc comprend environ 900 voitures Corail
dont les 55 voitures rénovées Aqualys Paris – Tours, 45 V 2N de Haute-Normandie, près de 160 locomotives
de ligne électriques et diesels, les 15 X TER de Paris – Granville et les six Z 5300 des navettes à Orléans
et Tours. 13 sont exploitées en mode réversible sur Paris – Rouen – Le Havre.
Corail Intercités Boulogne – Paris, tiré par une BB 67400, à Fontaine-sur-Somme (31 mai 2007).
Vue générale d’une salle en 2
classe: les coques de siège ont été conservées.
Aménagements intérieurs gris en 2
classe (noter les poignées de préhension rouges), et cassis en 1
classe.
A
ux rives de Truyère, entre Gévaudan et
Auvergne, l’histoire du viaduc de Garabit a
depuis longtemps rejoint, dans la légende, la
fabuleuse Bête du Gévaudan… Enfant de ces
Hautes-Terres, Patricia Vergne Rochès a eu le
louable souci de faire revivre, en historienne,
l’épopée de ce « joyau de fer ». Retraçant l’arrivée
du rail dans la situation économique de la fin du
siècle, l’auteur nous amène successivement
à découvrir les différents projets, les hésitations,
les réticences, enfin le triomphe du projet Boyer –
Eiffel. Patricia Vergne Rochès, ne se limitant pas
à cette période de la construction du viaduc, nous
fait participer aux événements qui ont marqué la
vie du site, du début du XIX
à nos jours.
L’originalité des nombreuses anecdotes émail-
lant l’ouvrage, la diversité des témoignages
recueillis agrémentent un texte qui fourmille de
précisions patiemment collectées. Une illustra-
tion de qualité (en partie issue du riche fonds de
) et une documentation historique
exhaustive font de cet ouvrage un des livres de
référence en la matière.
BON DE COMMANDE EN PAGE 96
ou COMMANDEZ PAR COURRIER
LA VIE DU RAIL
service commandes
11, rue de Milan – 775440 Paris cedex 09
PAR TÉLÉPHONE
01 49 70 12 57
de 9h à 18h, du lundi au vendredi
PAR INTERNET
www.laviedurail.com
24 heures sur 24, 7 jours sur 7
Prix franco :
25

LE VIADUC DE GARABIT
LE VIADUC DE GARABIT
128
pages
Format :
165 mm x 245 mm
Réf. :
110 195
Nouveauté
Nouveauté
Nouveauté
Nouveauté
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
34
«mixtes», c’est-à-dire techni-
quement aptes au 25kV 50Hz,
l’Athus – Meuse, l’axe parallèle
dédié fret, est électrifié en 25kV
50Hz.
Neuf courbes vont être recti-
d’Assesse, Florée, Hamois, Ciney,
Haversin, Poix-Saint-Hubert,
Hatrival, Neufchâteau et Berni-
Libramont, les rampes sont éga-
importants, notamment à Mar-
loie, Jemelle ou Poix-Saint-Hu-
bert. Les vitesses les plus impor-
tantes seront de 140km/h avec
en vitesse des trains. Une solu-
tion, dans le cadre du projet Eu-
roCap-Rail, était de «shunter»
ligne à grande vitesse de 44km.
«L’option d’une nouvelle infra-
explique Luc Lallemand, admi-
n’étant pas favorable (un mil-
villes situées sur la section dou-
évitées.»
bifurcation de Louvain-la-Neu-
sont à engager, dont une centai-
ne concernent le renouvelle-
ment et la consolidation d’ou-
Certains ponts ont déjà été ré-
À propos des gains de temps: le match train-voiture
Les projets de nouvelle ligne, de train pendulaire, sont pour l’heure abandonnés. L’amélioration du temps
de trajet entre Bruxelles et Luxembourg dépend donc des travaux cités ci-dessus. Le principal concurrent
du train est évidemment la voiture, moyen de transport qui bénéficie de l’autoroute A 4-E 411 sur cet axe.
Le gain de temps de 20 min annoncé par Infrabel et l’opérateur SNCB séduira-t-il les automobilistes?
Réponse en 2013 lors de l’achèvement de l’ensemble des chantiers programmés.
Rail Passion
s’est attaché à comparer un déplacement en train et en voiture. Il s’agit de relier les gares
de Luxembourg et de Bruxelles Luxembourg.
Aux heures creuses, le trajet est effectué en voiture d’un bout à l’autre. Aux heures de pointe, le chauffeur
laisse son véhicule à Ottignies et poursuit son déplacement en train, cela afin d’éviter les ralentissements
inhérents à la saturation des axes routiers en banlieue des capitales. Nos recherches d’horaires
et de temps de trajet ferroviaires sont issues du site allemand http://reiseauskunft.bahn.de et basées
sur la desserte du service annuel 2007 (consultation effectuée le 27 juin 2007), les informations inhérentes
à la route sont données par http://viamichelin.com.
À ce jour précisons que le temps de trajet de la majorité des trains Bruxelles Luxembourg – Luxembourg
(71%, soit 32 trains quotidiens en pleine semaine, les deux sens confondus) est de 2heures39. Les plus
rapides (13%, soit six trains quotidiens en pleine semaine) couvrent la relation en 2heures18.
Je réside place de la Gare à Luxembourg et je dois me rendre à une réunion à Bruxelles, près de la gare
de Bruxelles Luxembourg. Je souhaite arriver sur place 15 min avant le début de ma réunion. Lorsque
je combine la voiture et le train, je prévois 15 min pour passer de l’un à l’autre mode. Le temps de trajet
en voiture de la gare de Luxembourg à la gare de Bruxelles Luxembourg est de 2heures07, de la gare
de Luxembourg à Ottignies, de 1heure53.
–Ma réunion est à 9h, je compte être là dès 8h45:
en train:
Luxembourg 5h24, Bruxelles Luxembourg 8h03, soit 2heures39 de trajet à l’heure actuelle
et 2heures19 à terme;
en voiture jusqu’à Ottignies puis en train jusqu’à Bruxelles Luxembourg:
place de la Gare à Luxembourg
6h09, Ottignies 8h02, Ottignies départ du train 8h17, arrivée 8h33, soit 2heures24 de temps
de parcours et 2heures20 à terme (4 min gagnées avec le quadruplement des voies).
Dans ce cas, en train 2heures19 et en voiture +train 2heures20: 1 min en faveur du train.
–Ma réunion est à 10h, je compte être là dès 9h45:
en train:
Luxembourg 7h04, Bruxelles Luxembourg 9h22, soit 2heures18 de trajet à l’heure actuelle
et 1heure58 à terme;
en voiture jusqu’à Ottignies puis en train jusqu’à Bruxelles Luxembourg:
place de la gare à Luxembourg
7h09, Ottignies 9h02, Ottignies départ du train 9h17, arrivée 9h33, soit 2heures24 de temps
de parcours et 2heures20 à terme.
Dans ce cas, en train 1heure58 et en voiture +train 2heures20: 22 min en faveur du train.
– Ma réunion est à 12h, je compte être là dès 11h45:
en train:
Luxembourg 9h04, Bruxelles Luxembourg 11h22, soit 2heures18 de trajet à l’heure actuelle
et 1heure58 à terme;
en voiture d’un bout à l’autre:
place de la gare à Luxembourg 9h38, gare de Bruxelles Luxembourg
11h45, soit 2heures07 de temps de parcours.
Dans ce cas, en train 1heure58 et en voiture 2heures07h: 9 min en faveur du train.
– Ma réunion est à 14h, je compte être là dès 13h45:
en train:
Luxembourg 10h27, Bruxelles Luxembourg 13h03, soit 2heures36 de trajet à l’heure
actuelle et 2heures16 à terme;
en voiture d’un bout à l’autre:
place de la gare à Luxembourg 11h38, gare de Bruxelles Luxembourg
13h45, soit 2heures07 de temps de parcours.
Dans ce cas, en train 2heures16 et en voiture 2heures07h: 9 min en faveur de la voiture.
L’écart entre les deux solutions fluctue de 1 à 22 min en faveur du train ou de la voiture. Notons que l’écart
est plus favorable dans le cas des trains rapides n’effectuant que peu d’arrêts. Toutefois, ces trains sont
peu fréquents.
Dans l’autre sens, avec une réunion près de la gare de Luxembourg, aux mêmes heures que dans
l’exemple ci-dessus, et en laissant sa voiture à Arlon aux heures de pointe, nous obtenons des résultats
de même ordre de grandeur.
Pour les réunions de 9h et 10h, 3 min en faveur du train, pour celles de 12h et 14h, 12 min en faveur
de la voiture.
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
35
consolidé à Hatrival, où la cour-
ont également été réalisés à Ha-
chy, Autelbas et Barnich.
de passage à niveau, vont com-
mencer.
revu afin de supprimer le ci-
saillement des voies de la dorsa-
les trains Bruxelles – Luxem-
bourg. Pour ce faire, un tunnel à
Luxembourg. Une réorganisa-
ce souterrain de 600m. L’entrée
passent de 40km/h à 80 pour
les trains de voyageurs. 50 mil-
Namur.
profitent et participent au re-
nouveau de la ligne: la mise en
œuvre du système de communi-
sécurité et de signalisation ETCS
1 (ou TBL 1 +compatible ETCS,
que le programme de concen-
tration des cabines de signalisa-
L’ETCS 1 est mis en œuvre pro-
l’équipement du corridor priori-
taire européen dénommé «C»
Les lignes 161 Ottignies – Na-
belgo-luxembourgeoise sont in-
économique) le 16 mars 2007.
de Belgique en 31 unités (plus
11 télécommandables) s’appli-
que à l’axe Bruxelles – Luxem-
gérés à terme par trois cabines:
161 et celles de Namur et de Li-
progressivement différentes ca-
bines depuis 2007 et jusqu’en
2012. Notons qu’Infrabel a
conclu, le 31 mai 2007, un
contrat de 414 millions d’euros
avec Belgosignal, société mo-
pour la fourniture et l’installa-
tion des équipements des nou-
«La Belgique souhaite jouer un rôle de
leader dans le développement d’une relation
accélérée reliant les trois capitales
européennes que sont Bruxelles,
Luxembourg et Strasbourg, et la Suisse
au-delà», annonce Michel Jadot,
general
de la nouvelle direction Voyageurs
International de la SNCB. Cette volonté
découle des travaux engagés entre Bruxelles
et Luxembourg, qui permettront de gagner
jusqu’à 20 min, mais aussi de la perspective
de la mise en service de la seconde section
de la LGV Est-Européenne, entre
Baudrecourt et Vendenheim, au nord
de Strasbourg. L’idée est d’étudier, avec
les Luxembourgeois et les Français, quelles
pourraient être les solutions à mettre
en œuvre afin de dynamiser cet axe. Côté
matériel roulant, toutes les possibilités sont
envisagées à ce jour. Il est toutefois évoqué
un matériel apte à 200km/h qui pourrait
évoluer sur la LGV française. Des études sont
menées. Aujourd’hui, Bruxelles Midi et
Strasbourg sont reliés par un AR en TGV
Lille (avec changement) en 4heures
51/4heures50 et
Luxembourg par un AR
direct en 5h11/5heures13. Les différents
projets cités pourraient ainsi aisément rendre
le parcours par Luxembourg plus
avantageux.
Et Strasbourg?
Arrêt en gare de
Jemelle d’un train
pour Luxembourg
composé d’une série
13 et de voitures
L.Charlier
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
38
activité bois en gare de Pon-
tarlier avait créé un émoi cer-
riverains du haut Doubs, à che-
d’origine française, à haute va-
leur ajoutée pour l’industrie pa-
route jusqu’à la gare des Ver-
rières (15km), où le bois était
chargé sur wagons par CFF Car-
go, filiale à 100% des CFF. Avec,
44t roulant très vite et souillant
menés par Patrick Genre, maire
de Pontarlier, ont très vite reçu
franco-suisses Transport 2000
Pontarlier, Fnaut Franche-Comté
et ATE Neuchâtel, ardents dé-
Pontarlier en la remettant à ni-
veau à ses frais de manière à sa-
Depuis le 2juillet,
moteurs et des agents CFF. À la
différence que, dorénavant, ma-
Le trafic bois renaît
à Pontarlier grâce
Fermée en juin 2005 dans cadre du plan fret de la
SNCF, la gare bois de Pontarlier renaît aujourd’hui
de ses cendres. Depuis le 2juillet, CFF Cargo,
dans le cadre d’une coopération discrète avec
la région de Dijon et Fret SNCF, expédie en Suisse
chaque jour ouvrable sept wagons de bois coupé
remorqués par sa propre locomotive. Destination,
une grosse scierie du groupe Stallinger près
de Coire (canton des Grisons), à 332km.
EXTEETPHOTOSDE
R
ÉGIS
C
HESSUM
Venant de Neuchâtel,
arrivée, à Pontarlier,
sous 15kV,
du premier train
CFF Cargo, vide
(2 juillet 2007).
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
40
Allemagne: diesels DE 2700 et ER 20
en mélange sur la Marschbahn
Dans l’attente de la livraison de locomotives Euro 4000, commandées à Vossloh,
pour la ligne Hambourg – Westerland, qu’il exploite, le réseau privé NOB (Veolia) utilise
des Siemens DE 2700 et ER 20, les secondes suppléant souvent les premières,
dont la fiabilité n’est pas le point fort…
EXTEETPHOTOSDE
A
NDRÉ
G
ROUILLET
en livrée Vossloh/Marsch-
bahn, en tête d’un train
Hambourg – Westerland
Première ER 20 du
traverse la gare de
Wilster avec un train
pour Westerland
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
41
ans le nord de l’Allemagne,
du Schleswig-Hol-
Le plus étendu des réseaux pri-
Deutsche Eisenbahn Gesell-
le Verkehrsbetrieben Kreis Plon
(aujourd’hui Veolia), qui rachète
Bad Sankt Peter Ording et une
partie du trafic Kiel – Neumüns-
ter, partagé avec DB Regio.
Niebüll – Tonder et Hambourg –
Padborg, ex-Flex).
En décembre 2005, le NOBperd
Padborg au profit de la DB, mais
reprend l’exploitation de la Mar-
schbahn, la ligne reliant Ham-
bourg Altona (1) à Westerland,
Tous les automobilistes souhai-
emprunter des navettes ferro-
viaires entre Niebüll et Wester-
land, navettes exploitées au-
est cadencé à l’heure et nécessi-
te des rames réversibles remor-
Euro 4000 à Vossloh en Espagne
en l’occurrence les 12 locomo-
tives DE 2700 (2) (ex-ME 26);
temps et avaient trouvé un em-
En fait, Vossloh Lokomotives
ces machines par Vossloh dès
après les déboires des Norvé-
160km/h.
donc les DE 2700 qui assurent la
plupart des trains, mais les en-
décide donc de disposer rapide-
sur les ER 20 Hercules de Sie-
louées à Dispolok (ER 20.001,
008, 010, 011 et 012), puis trois
ÖBB (2016.041, 042 et 046),
2000.01 à 05. Les deux pre-
troisième en 2006. Puis Veolia
(Westfälische Landes Eisenbahn)
et au LTE autrichien, satisfaits
Actuellement, les DE 2700,
lors-
qu’elles sont disponibles, assu-
elles sont souvent en ligne!
Westerland (entre Itzehoe et
Heide) à l’aide de Talent iden-
d’autres lignes régionales ex-
ploitées par des filiales de Veolia
La situation changera vraisem-
4000, commandées à 14 exem-
160km/h, auront été livrées.
Signalons enfin aux photo-
le nord, ce qui laisse peu de pos-
de Wilster, située à quelques
Caractéristiques principales des DE 2700
DE 2700.01 à 12 (ex-NSB Di 6): Co’-Co’; 2650kW; 160km/h; 120t; 20,96m HT; 1995;
moteur Mak 12 M 282; transmission électrique.
Constructeur: Mak-Siemens.
Caractéristiques principales des ER 20
Dispolok ER 20 ou NOB DE 2000.01 à 03: Bo’-Bo’; 2000kW; 140km/h; 80t; 19,28m
HT; 2005-2006; moteur MTU 16 V 4000 R 41; transmission électrique.
Constructeur: Siemens.
L’ER 20.008, louée
à Dispolok, à Wilster
(1) Le NOB souhaite reporter le terminus de la ligne à Hambourg Hauptbahnhof,
mais DB Netz refuse… pour l’instant!
(2) La DE 2700 est une locomotive diesel-électrique construite par Siemens à Kiel
(qui a repris les usines Mak l’année précédente) à partir du prototype DE 1024, qui
conduira à la construction de trois locomotives de la série 240, rachetées ensuite
par le HGK. Les NSB commandent sur cette base leurs Di 6 (n
661 à 672),
construites en 1995, réceptionnées en 1998 et… retournées au constructeur en
1999! Dispolok met alors ses ME 26 dans son parc de location. Par la suite, c’est
Vossloh qui leur donnera l’appellation DE 2700.
RAIL PASSION N°118
AOÛT 2007
42
Engins moteurs
PAR BERNARD COLLARDEY
Les X 2200: des autorails
simples et fiables
Proches des X 2100 et destinés, comme eux, à rajeunir un contingent d’autorails
vieillissant à l’orée des années 80, les X 2200 ont jusqu’à présent parfaitement
tenu leur rôle, avec discrétion et efficacité. Confrontés, depuis quelques années,
à la vague montante des nouveaux matériels TER diesels, ils devraient,
cependant, continuer à assurer un service actif au moins jusqu’en 2020.
L’X 2204 avec une
remorque suivie
d’un X 2200 Paca,
Breil – Nice,
à Sospel
(28octobre 2005).
en parallèle avec l’X 2201,
au dépôt Sud-Ouest de Limoges à la fin 1985. En préa-
sur Paris – Dijon, au cours de laquelle le plafond de vitesse
de 140km/h n’a pas toujours pu être atteint. En revanche,
l’efficacité des amortisseurs antigalop des bogies a été re-
Eymoutiers et Ussel, Limoges au Dorat et Poitiers.
secondaire Paris – Tours par Châteaudun et Vendôme, peu
prend le parti d’affecter au dépôt de Tours-Saint-Pierre
les X 2205-2213 de janvier à avril1986. Prenant en
compte cette relation, ils autorisent, en outre, une accé-
tournées à Saumur, Vierzon et Bourges sont également
de Li-
la fin de l’été 1987, il accueille ainsi les X 2214 à 2249,
qui vont essaimer sur les deux lignes limousines déjà fré-
quentées, mais aussi en direction de Montluçon et Felle-
Saint-Sulpice-Laurière, d’Angoulême, Saintes,
l’Aquitaine et Poitou-Charentes en circulant:
de Limoges à Périgueux;
Bergerac, Le Buisson;
de Bordeaux à Mont-de-Marsan en marche express;
de Poitiers à La Rochelle, Niort à Saintes et Royan, La
Si le remorquage d’XR 6000, 6100,
est monnaie couran-
te, celui des XR anciennes 7000, 8000, a également lieu
avant leur radiation. De même, il y a également des ju-
melages avec les X 2700 et X 3800 de Bordeaux, X 2400
avec livrée rouge. Affecté à Tours, il engendre la muta-
tion de l’X 2213 à Limoges. La queue de série, constituée
par les X 2251-2256, est attribuée à Limoges. À ce stade,
les derniers X 2400 ont tiré leur révérence. Outre l’éven-
tail des lignes précitées, la série assure souvent du servi-
lignes Brive – Aurillac, Brive – Capdenac – Rodez et Au-
Lyon-Vaise, le 18 avril 1988, résidait dans la nécessité de
pourvoir au remplacement de l’X 2202 Auvergne lors de
ses périodes d’entretien. D’une manière générale, les par-
cours mensuels des engins sont de l’ordre de 7000km,
ceux de Tours avoisinant 9000km.
RAIL PASSION N°118
AOÛT 2007
44
Engins moteurs
LES X 2200 : DES AUTORAILS SIMPLES ET FIABLES
Y.Broncard/Doc.
Th.Leleu
G.Neyret/Doc.
RAIL PASSION N°118
AOÛT 2007
48
Engins moteurs
LES X 2200 : DES AUTORAILS SIMPLES ET FIABLES
En haut:
passage à Saint-Mar-
tin-le-Beau d’une UM
emmenée par l’X
2205 assurant un
Saint-Aignan – Tours
(3 septembre 1999).
Au centre de g. à d.:
à Laqueuille, un
côtoie un X 2800
pour Clermont
(janvier 2002);
(avril 1988).
Ci-contre:
X 2200 en nouvelle
livrée TER au pied
du poste d’aiguillage
d’Ussel
J.-L.Tuleau
A.Poncet
P.Fourchaud/Doc.
Ph.Gourgues
AOÛT 2007
RAIL PASSION N°118
49
À compter du 2254, les faces avant grises,
jugées insuffi-
samment voyantes par les agents de l’équipement tra-
vaillant sur les voies, sont peintes de construction en rou-
l’ensemble de la série entre 1988 et 1990. Les X 92201 et
92202 subiront aussi cette modification, mais avec leur
le repeint en jaune lithos en avril 1988, couleur de la pa-
leur côté, les X 2205-2212 et 2250 passent du rouge au
bleu Isabelle lors d’un séjour, au début 1989, à l’atelier de
Saint-Pierre-des-Corps, conformément au nuancier choi-
Vaise, pour le service d’hiver 1990, de l’X 2257 à Limoges
et de l’X 92203 à Toulouse, le calme s’installe dans la sé-
un passage à niveau à Arjuzanx sur la voie unique Mor-
cenx – Mont-de-Marsan, le 2 mai 1995, l‘X 2214, de Li-
L‘X 2218, second
d’Azur. En effet, le manque de confort, la puissance in-
la voie unique Nice – Breil-sur-Roya et son prolonge-
ment international vers Limone et Coni, en territoire ita-
2203, 2204, en mars et juin, 2213, 2215-2217, 2257, en
octobre, ainsi que quatre remorques XR 6100. En contre-
663 des FS, qui fréquentent également l’itinéraire, va ré-
nover l’offre voyageurs dans le haut pays niçois. Il est ra-
patrié cycliquement à son établissement d’attache pho-
ou de conflits so-
Cannes, Nice et Vintimille. Compte tenu de cette disper-
est alors réparti entre:
Sotteville (un) X 92201;
Tours-Saint-Pierre (10) 2205-2212, 2250;
Limoges (39) X 2201, 2218-2249, 2251-2256;
Toulouse (deux) X 92202, 92203;
Lyon-Vaise (un) X 2202;
Marseille (sept) X 2203, 2204, 2213, 2215-2217, 2257.
est réalisée entre les X 2201 et 2257. Par périodes, et no-
La carrière des X 2200
NuméroMise en service
X 220130/11/1985 Limoges
Marseille 26/10/1999
X 220219/11/1985 Lyon-Vaise
Toulouse 10/11/2005.
X 220312/12/1985 Limoges
Marseille 19/3/1996, Nice 11/9/2006.
X 22048/1/1986 Limoges
Marseille 11/6/1996, Nice 11/9/2006.
X 22059/1/1986 Tours-Saint-PierreLimoges 4/9/2001.
X 220624/1/1986 Tours-Saint-PierreLimoges 31/8/2001.
X 22073/2/1986 Tours-Saint-PierreLimoges 27/12/2001.
X 220810/2/1986 Tours-Saint-PierreLimoges 4/1/2000.
X 220918/2/1986 Tours-Saint-PierreLimoges 29/11/1999.
X 221028/2/1986 Tours-Saint-PierreLimoges 25/10/1999, Saintes 12/7/2004.
X 221119/3/1986 Tours-Saint-PierreLimoges 9/6/2000.
X 221225/3/1986 Tours-Saint-PierreLimoges 3/12/1999, Bordeaux 1/7/2006.
X 22131/4/1986 Tours-Saint-PierreLimoges 7/6/1987, Marseille 7/10/1996,
Nice 11/9/2006.
X 221424/4/1986 Limoges
X 221524/4/1986 Limoges
Marseille 7/10/1996, Nice 11/9/2006.
X 221630/4/1996 Limoges
Marseille 7/10/1996, Nice 11/9/2006.
X 221714/5/1986 Limoges
Marseille 7/10/1996, Nice 11/9/2006.
X 221829/5/1986 Limoges
X 22192/6/1986 Limoges
X 222020/11/1986 Limoges
X 222116/6/1986 Limoges
X 222227/6/1986 Limoges
X 222323/7/1986 Limoges
X 222431/7/1986 Limoges
X 22254/8/1986 Limoges
X 22264/8/1986 Limoges
X 222716/9/1986 Limoges
X 222825/9/1986 Limoges
X 222910/10/1986 Limoges
X 223023/10/1986 Limoges
X 22313/11/1986 Limoges
X 22322/12/1986 Limoges
X 223320/1/1987 Limoges
X 223427/1/1987 Limoges
X 223527/1/1987 Limoges
X 22365/2/1987 Limoges
X 223726/2/1987 Limoges
X 223817/3/1987 Limoges
X 223924/3/1987 Limoges
X 22402/4/1987 Limoges
X 22419/4/1987 Limoges
X 224224/4/1987 Limoges
X 224330/4/1987 Limoges
X 224418/5/1987 Limoges
X 22451/7/1987 Limoges
X 224627/7/1987 Limoges
X 22473/8/1987 Limoges.
X 22483/8/1987 Limoges.
X 224918/9/1987 Limoges.
X 22503/6/1987 Tours-Saint-PierreLimoges 24/12/2001, Bordeaux 1/7/2006.
X 225128/9/1987 Limoges.
X 22527/10/1987 Limoges.
X 22533/12/1987 Limoges.
X 225421/12/1987 Limoges.
X 225511/1/1988 Limoges.
X 22568/2/1988 Limoges.
X 225718/4/1988 Lyon-Vaise
Limoges 1/10/1990, Marseille 7/10/1996,
Limoges 16/10/1999.
X 922019/8/1985 Sotteville
Marseille 1/12/2001.
X 922026/11/1985 Toulouse
Marseille 21/5/2003, Toulouse 1/2/2005.
X 922034/12/1985 Lyon-Vaise
Toulouse 15/10/1990, Marseille 1/12/2001,
Limoges 26/10/2005, Bordeaux 1/7/2006.
RAIL PASSION N°118
AOÛT 2007
50
dans le Pays basque pour assurer des TER Bayonne –
Saint-Jean-Pied-de-Port.
L’apparition, en 1997, des éléments X TER 72500
com-
mandés par les régions Limousin, Aquitaine, Midi-Pyré-
nées et Poitou-Charentes commence à faire de l’ombre
grand, et, dans une moindre mesure, aux X 2200, qui per-
dent des tournées sur Périgueux, de Brive à Aurillac et Ro-
de-Marsan. En Touraine, les X 72500 Centre, basés à
Tours, quoique sujets au début à de nombreux dysfonc-
tournées Paris – Châteaudun et Paris – Tours par Vendôme.
Trois d’entre eux quittent les lieux pour Limoges (X 2209,
2210, 2212), suivis de l’X 2208 en janvier 2000. Le parc ré-
siduel de Tours se limite alors à des tournées Vierzon, Chi-
non, Vendôme voire Le Mans. Lorsque les ATER mono-
plus fiables, le lot résiduel des X 2200 est à son tour expé-
dié sur Limoges, le mouvement se terminant à la fin 2001.
X 4500 sur Bréauté – Fécamp, l’X 92201 a été détaché de
roulement que les X 92100 Pays de la Loire, notamment en
direction de Saint-Nazaire, Le Croisic. En décembre 2001,
il émigre avec l’X 92203 à Marseille pour trafic sur la liai-
Tende, l’X 2201, de Marseille, est gravement avarié le 3
janvier 2003 et sera placé en réparation différée. Pour le
remplacer, l’X 92202, de Toulouse, est muté à Marseille en
tandis que l’X 2215 est, par la suite, pelliculé pour vanter
le Train des merveilles, produit connaissant un bon succès
l’été pour l’accès, depuis le littoral azuréen, aux sites tou-
ristiques de la haute vallée de la Roya et du Mercantour.
décide de mo-
derniser les espaces voyageurs de 10 de ses X 2200 avec
classe, ra-
menant la capacité à 56 places dont huit disposées en ro-
Très réussie, cette opération, accompagnée d’une livrée
extérieure TER gris et bleu, s’est déroulée en2000 et2001
matériel) de Nevers pour les X 2247-2249, 2251-2256.
2205-2209 et 2211) ayant été concernée par ailleurs.
À l’instar des X 2100, leurs aînés, les X 2200
ont com-
esthétique) à l’EIMM directeur de Nevers à la fin 2001
de sa réparation, suite à accident, le 30juillet 2001, à
Niversac, près de Périgueux. Cette révision est déclen-
les prochaines années. Par ailleurs, le moteur Saurer
La répartition actuelle de la série
En 2007, la famille des X 2200, ramenée à 58 engins
compte tenu de la réforme de l’X 2201, est répartie de la
sorte:
2251-2257;
Bordeaux (21) Aquitaine, X 2212, 2221-2223, 2225, 2227-
2245, 2250, 92203 + 92201 après modernisation;
Toulouse (deux), X 2202 Auvergne et 92202 Midi-Pyré-
nées;
Saintes (13) Poitou-Charentes, X 2210*, 2218-2220,
2224, 2226, 2230, 2232, 2235, 2239, 2240, 2243, 2246;
Nice (six) Paca, X 2203, 2204, 2213, 2215-2217.
(*) Cet appareil demeure pour le moment le seul en livrée bleue.
Ci-dessus:
sur l’antenne
Laqueuille – Le
Mont-Dore, un train
de skieurs formé
d’un X 2200 et d’un
(janvier 2002).
Ci-contre:
X 2200 à Pont-Noblia,
dans les Pyrénées-
Atlantiques
(24 décembre 1996).
Ci-dessous:
moteur MAN V 12
fourni par Socofer
pour la remotorisa-
P.Laval/Doc.
Engins moteurs
LES X 2200 : DES AUTORAILS SIMPLES ET FIABLES
AOÛT 2007
RAIL PASSION N°118
51
Infographie: V.Morell/Rail Passion
A.Poncet
Th.Leleu
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
55
Au-delà de la 16521 et jusqu’à la 16560,
asile au dépôt alsacien de Strasbourg, qui reçoit en pa-
rallèle de construction les BB 16000 pour les trains ra-
Mulhouse, Bâle et Nancy, elles prennent en compte en
et marchandises. Les 16561-16579, reçues jusqu’au dé-
but de l’exercice 1961 à la Chapelle, commencent à sor-
Lille vers Valenciennes, Aulnoye, Douai, Arras, avec des
Les électrifications du programme Est-Paris
tout comme celles intervenant sur la région Nord d’Arras
à Dunkerque et sur la ligne de Belgique, de Creil à Ter-
gnier, puis Aulnoye et la frontière, absorbent un nombre
16670, réceptionnées de prime abord à Strasbourg, sont
mutées au dépôt de Paris-La Villette le 1
cantonnement, ayant congédié la traction vapeur, leurs
fonctions vont du train de banlieue avec rame Est réver-
sible sur Chelles, Lagny, Meaux, Gargan, aux trains du RA
de Noisy-le-Sec et RO au départ de Vaires vers Châlons,
le 26novembre 1964 avec la BB 16794
L’été suivant, la livraison de la série au-delà de la 16671
jusqu’à la 16704, reçue en fin d’année, profite dès lors au
dépôt de Paris-La Villette, lequel reçoit en sus, en secon-
de main, les 16521-16560 de Strasbourg, établissement
16656-16672, utiles sur l’artère internationale acciden-
tée vers Vallorbe et sur l’antenne du haut Doubs Frasne –
Pontarlier. Engagées le plus souvent en UM, elles pren-
nent en charge les rapides et express Paris – Suisse – Ita-
lie et le trafic fret. Sur la région Nord, le parc de La Cha-
pelle, désigné pour réceptionner les 16705-16794, est
relation Paris – Aulnay – Mitry-Claye, nouvellement élec-
essaimer sur les deux banlieues nord et est. Une ponc-
tion des effectifs prélevée sur les catégories des pre-
Dunkerque, Somain, Tergnier, Aulnoye, mais aussi le tra-
fic omnibus des étoiles d’Amiens et surtout de Lille.
sou-
De haut en bas:
tête de série,
livrée en 1958,
dans sa livrée
verte d’origine;
présentation
de la nouvelle
livrée deux tons
à Paris-Saint-
Lazare
en 1981;
arborant une
robe gris béton,
à Paris-Est
(12 décembre
1985);
également
à Paris-Est,
livrée tricolore
Île-de-France;
aux couleurs
de Fret SNCF,
à l’EIMM
d’Épernay
M.Chlastacz
M.Carémantrant
C.Hector/Doc.
J.Thuin
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
59
Page précédente
de haut en bas:
BB16500 au dépôt
Est de Saint-Louis
(6 octobre 1970);
la BB 16520 avec un
voyageurs en ban-
lieue nord en 1959;
la BB 16535 s’apprê-
tant à assurer un
TER pour Lille-
Flandres
Ci-contre:
sur le pont de la
Moselle à Thionville,
un Métrolor Nancy –
Luxembourg tracté
(5 septembre 1993).
Ci-dessous:
une BB 16500 avec
une rame de
wagons-couveuses
transportant des
brames chaudes
d’Isbergues à Denain
B.Collardey
L.Pilloux/Doc.
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
60
Engins moteurs
BB 16500: LA RETRAITE EN PENTE DOUCE
Ci-dessus:
passage à Brunstatt
Mulhouse – Belfort
(4avril 2007).
Ci-contre à g.:
Lille-Flandres, à
Courcelles-le-Comte
(4août 2006).
Page suivante de
haut en bas:
BB 16500 +RIO
au terminus
de Coulommiers
(25mai 2001);
à Peltre, en Moselle,
la BB 16735 en tête
du «Lorazur»
6630/1 Nice –
Sarrebruck
(juillet 1996).
J.-L.Tuleau
G.Moncomble
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
61
B.Collardey
J.Quatorze
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
62
Engins moteurs
BB 16500: LA RETRAITE EN PENTE DOUCE
Page suivante de
haut en bas:
BB16500
en stationnement
au dépôt d’Amiens
(septembre2006);
avec une rame TER
pour Lille-Flandres
(19mars 2006).
Ci-contre:
menant un TER
Lille – Jeumont,
à Recquignies
(juillet1995).
Ci-dessus:
au crochet
d’une rame inox,
30136, à Steinbourg,
dans le Bas-Rhin
(9juin 2007).
Ci-contre:
en gare de Lens,
une rame de VR 2N
Nord-Pas-de-Calais
et la BB 16506
(11juin 2005).
J.Quatorze
L.Mollard
M.Carémantrant/Doc.
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
64
Engins moteurs
BB 16500: LA RETRAITE EN PENTE DOUCE
France, 132 à la DTPRL (direction des Transports publics
régionaux et locaux). En fin d’année, les dernières ma-
la série est victime de l’im-
cas des TER 2N NG en Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Lor-
raine, des AGC électriques en Basse et Haute-Norman-
die. Nombre d’engins parvenus à limite de potentiel kilo-
ultimes révisions ayant été abandonnées en 2001.
mai 2007, le parc ne regroupe plus
que 115 ma-
L’avenir de ce parc, dont la
fin pourrait se situer vers 2009, 2010, n’est pas des plus
réjouissants. Ainsi, une partie des 116500, 216500, de La
l’Ourcq et Paris-Est, conséquence du TGV Est. À Achères, la
liquidation du contingent résiduel doit intervenir en paral-
lèle, certaines des machines pouvant trouver asile à Thion-
ville, où les 516636, 516774, 516650, 516643, 516790,
Achères (fret) et Montrouge (Île-de-France). Avec la livrai-
516500 d’Épernay est évidemment condamné à moyen
terme. À Lens, où la 516556 est la première sur la liste des
condamnés, les quelques machines non munies de la sus-
par l’arrivée de nouvelles Z 24500 Nord-Pas-de-Calais.
516500, la mise à disposition des BB 817000 d’Achères li-
(1) Les machines ayant encore du potentiel ont été cédées
cinq DTPRL Champagne-Ardenne (516615, 516628, 516646, 516676,
516769), pour trafic TER sur Épernay – Reims, Reims – Charleville – Sedan, Charle-
ville – Longwy en fin de semaine;
Thionville,
20 DTPRL Lorraine (516636, 516639, 516643, 516650, 516659, 516661,
516762, 516770, 516774, 516790), utilisées sur Nancy – Thionville – Luxembourg,
Metz – Forbach et Sarrebourg, Nancy – Longwy, Metz – Nancy – Saint-Dié, Nancy –
Lunéville, Nancy – Remiremont, Épinal – Toul, Nancy – Bar-le-Duc – Revigny en fin
de semaine;
Strasbourg,
14 DTPRL Alsace (516663, 516666, 516667, 516671, 516672, 516680,
Strasbourg – Saverne – Sarrebourg, Strasbourg – Colmar – Mulhouse, Mulhouse –
Bâle, Mulhouse – Belfort;
La Chapelle,
deux DTPRL Picardie (516515, 516592), pour trafic sur Paris – Beau-
vais, trois VFE (116583, 116588, 116720) et huit CIC (216679, 216716-216718, 216732,
216742, 216747, 216764), confinées aux remontes de rames voyageurs entre le tech-
nicentre de l’Ourcq et Paris-Est;
10 DTPRL Picardie (516549, 516550, 516594, 516697, 516603, 516652,
516710, 516739, 516746, 516772), pour usage TER sur Amiens – Arras – Lille,
Amiens – Creil, Creil – Compiègne – Saint-Quentin, et 46 DTPRL Nord-Pas-de-Ca-
516773, 516775, 516786, 516791), engagées sur Lille – Arras – Amiens, Lille et Ar-
ras – Dunkerque, Lille – Calais – Boulogne, Lille – Aulnoye – Jeumont/Hirson, Lille –
Lens par Don et Ostricourt, Douai – Valenciennes, Douai – Cambrai – Saint-Quentin,
Valenciennes – Cambrai, Saint-Quentin – Aulnoye;
Achères,
une DTPRL Basse-Normandie (516709) garée bon état et six DTPRL
Haute-Normandie (516546, 516612, 516632, 516654, 516706, 516715) hors roule-
ment, servant de réserve en cas d’indisponibilité des Z 27500 sur Rouen – Vernon –
Mantes et Rouen – Le Havre.
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
67
qu’annoncé. Des experts étran-
gers seule sera conservée la re-
lignes à travers le Jura afin d’ap-
travers les Alpes, la banque Los-
gouvernement bernois d’assu-
août1904. En décembre1905,
conclusions et souligne les mé-
rites de l’un des projets de Teu-
de 13,7km et exploitée en trac-
tion électrique. En juin1906,
retenue et approuvée par le par-
créée le 27juillet 1906. Il re-
racheter la société et la conces-
en 1901, et d’assurer l’exploita-
le Lötschberg, en sa posses-
sion depuis 1899, alors que l’En-
treprise générale de construc-
présente en août un contrat. Par
ce contrat sont définies les dif-
ligne (Frutigen: Km 0; Brigue:
Km 58,77; rampes: 27 ‰, pa-
liers de 500m entre deux décli-
vités, rayons de 300m, VU élec-
l’octroi de subsides supplémen-
Construire la ligne du Lötsch-
Commencés en 1906 et termi-
nés en 1913, les travaux ont
souvent été difficilesmais ont
permis d’établir une ligne mo-
derne pour son époque. Les tra-
le 15octobre 1906 à Kanders-
dès janvier1907. Au sud, les tra-
vaux débutent le 28novembre,
que tardivement. Le 29février
Goppensteinest détruite par
secteur de la vallée de la Gas-
tern, provoqueront une catas-
2,675, entre le 23 et 24juillet
le 11janvier 1909, la reprise du
chantier est décidée. Une dévia-
galeries de protection à Kan-
aménagés. Avec le nouveau tra-
à 14,612km. Les travaux re-
jonction intervient le 31mars
1911 après quatre ans et demi
sont très faibles! Le travail est
réellement terminé le 31mars
1912 et la maçonnerie, le
22avril. La première locomotive
le 3juin 1913.
Pour ce qui est des accès,
rampes que la compagnie ber-
noise et la Confédération veu-
double voie. L’EGL estime, pour
réaliser. Un blocage entre le BLS
Remorqué par UM formée de la Re 6/6 11621, encore en livrée verte, et d’une Re 4/4 II, un train de fret traverse la gare de Hohtenn (24mai 2007).
S.Faivre
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
70
se) et celle d’AEG (Allemagne),
BLS décide, en 1911, de com-
mander à Oerlikon des locomo-
le Lötschberg en électrique. Lan-
cée en février1912, l’électrifica-
tion sera achevée le 18juin
1913. Cette expérience réussie
13juin 1913 et ouverte officiel-
lement le 28juin, la ligne est
15juillet. Beaucoup de pro-
régler, notamment l’isolation in-
les tunnels. Les travaux de fini-
tion continueront jusqu’en sep-
tembre1913.
menaces responsables d’inci-
dents d’exploitation, voire d’ac-
de 1913) ou préventive avec la
truction de dispositifs parava-
sont aussi un problème perma-
renforcés et de nouveaux, ajou-
Le vœu d’une ligne du Lötsch-
à disposition lors de la construc-
Une première étape fut néan-
deux voies de Spiez – Scherzli-
gen en octobre1914. Jusqu’à
Histoire
LA LIGNE DE FAÎTE DU LÖTSCHBERG: UN PARI AUDACIEUX, MAIS UN PARI TENU
Tunnel de base: ouverture en grande pompe
Le nouveau tunnel de base du Lötschberg (TBL), de 34,57km,
a officiellement été ouvert le vendredi 15 juin 2007 en présence
de nombreux invités étrangers et suisses. Un train spécial parti
de Zurich a permis de transporter l’assistance d’abord à Frutigen
puis jusqu’aux installations de Ferden, où était organisé un apéritif
et enfin à Viège. Dans leurs allocutions, les intervenants étrangers
ont loué la politique suisse des transports, un modèle cohérent
alliant environnement et économie dont tous devraient s’inspirer
au sein de l’UE…
La cérémonie du 15juin a aussi permis de rappeler que la ligne
de faîte ne perdait pas toute signification, tant pour le transit que pour
la desserte voyageurs locale et touristique. Le BLS compte d’ailleurs
développer ce segment, grâce au fort potentiel des sites traversés,
et a investi, à cet effet, dans de nouvelles automotrices Nina dédiées
aux missions RE. Enfin, l’ouverture du TBL a aussi été l’occasion
d’organiser, le 16juin, une manifestation qui a connu un très grand
succès (30000 visiteurs).
Fumigènes à Frutigen lors de l’inauguration du tunnel de base (15 juin 2007).
L’assemblage du fameux viaduc du Bietschtal.
S.Meillasson
S.Faivre
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
72
Touristiques
TEXTE ET PHOTOS DE SYLVAIN MEILLASSON
De nouveaux matériels panoramiques
SSIF sur les Centovalli
Exploitant côté italien de cette ligne italo-suisse, la SSIF a commandé trois nouvelles
rames panoramiques dont deux ont été réceptionnées récemment. Ces matériels
permettront de mieux satisfaire la clientèle touristique nombreuse à fréquenter
ce parcours entre Locarno et Domodossola.
Ancien et nouveau
matériel à Santa
Maria Magiore
Une nouvelle
rame panoramique
à Domodossola
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
73
ongue d’environ 50km, la ligne interna-
suisses et la SSIF (Societa Subalpina di Im-
œuvre, depuis 2007, de nouveaux matériels
panoramiques qui lui sont spécifiques. L’ob-
jectif de la SSIF est de répondre à une de-
la région du lac Majeur.
rames panoramiques de 100
retenir l’italien Officine Fer-
roviarie Veronesi pour la
de trois remorques supplé-
porter les nouvelles automo-
places), doit intervenir.
La première ABe 8/8 trans-
(fenêtres panora-
2007 et a été rejointe par les
deux autres éléments le 10
juin 2007. Depuis, ces rames
Domodossola, à bord des-
quels est perçu un supplé-
ment de 1,50euro. La clien-
matériel mieux adapté que les ABe 4/6 Ve-
2007, la troisième rame et les trois re-
morques le seront pour octobre 2007. Fin
2007, les nouvelles compositions couvriront
par Officine Ferroviarie Veronesi, qui est, en
fait, le contractant général assisté de nom-
breux fournisseurs dont: Edit Engineering,
Ad hoc, Skoda Electric, Skoda Transportation,
Frensistemi (Knorr), Transtechnik, Klimat-
autant que possible – les courbes de 50m de
et la climatisation. En retour, la compagnie
italienne a dû accepter certaines caractéris-
tiques: fenêtres non ouvrantes, place réduite
un élément motorisé et, à terme, une re-
encore figées. La MP 1est la motrice-pilote
de première et toilette PMR, la MP 2étant
la motrice-pilote orientée Locarno. La motri-
2 est de 32t chacune, celle de la M 1 est de
30,5t. L’ensemble MP 1 +M 1 +MP 2 déve-
loppe une puissance continue de 1020kW,
un effort de 122 kN et est capable d’une ac-
célérationde 1,2m/s
, 0,9m/s
en décéléra-
tion. La structure de la caisse est en acier,
bogie s’effectue par coussinet. D’un empat-
tement de 1880mm et d’une masse de 5,8t,
les bogies sont fournis par Skoda. La suspen-
caoutchouc armé, alors que des ressorts héli-
coïdaux et des amortisseurs servent à la sus-
centrale du châssis avec chacun un réduc-
teur et une transmission élastique. Le freina-
jusqu’à 7km/h. En dessous, le frein pneuma-
de patins électromagné-
tiques et toutes ses fonc-
tionnalités sont gérées in-
formatiquement par le TCS
(Train control System). De
très nombreux équipe-
chaîne de traction asyn-
chrone, prévue pour fonc-
tionner sous 1300 V conti-
SSIF, les nouvelles rames
31,82km sont en Italie –,
198m) à Domodossola (al-
titude 264,5m)
830,5m). Elles permet-
qui constitue l’apport pre-
approfondie pour se positionner face aux fu-
le Tessin Il s’agit de l’instauration de la com-
munauté tarifaire «Arcobaleno» en 2009,
de Meva en 2012 – un grand progrès qui va
Tessin – Romandie – et du tunnel de base du
Gothard. À n’en pas douter, le tourisme
(*) La vallée des Centovalli («cent vallées» en italien)
s’étend d’Intagra (Tessin) à Camedo, près de la fron-
tière italo-suisse. Au-delà débute le Val Vigezzo, qui
Automotrice ABe 6/6 des SSIF en ligne.
AOÛT2007
RAIL PASSION N° 118
75
ars2007: c’est à la lecture de la presse
ferroviaire que j’apprends que la ma-
chine à vapeur 241 P 17 doit sortir de sa
demandé par un voyagiste anglais, doit em-
mener la belle 241 vers Marseille par la ligne
Avril2007:
bonheur, un courriel qui indique que l’asso-
«Bresse-
Nostalgie-Express».
parcours indique Le Creusot – Beaune – Ge-
Perrache – Mâcon – Chagny – Le Creusot.
Pas de doute, cette fois-ci,
bien par le secteur d’Ambérieu-en-Bugey. La
de l’unité de production traction d’Ambérieu
est demandé pour accompagner la circula-
Je n’en crois pas mes yeux!
Je pense corres-
candidature au service de la traction régio-
nal. En fait, j’ai déjà l’habitude d’accompa-
de l’Agrivap et le Picasso de l’ABFC. Mais,
depuis que la ligne du haut Bugey est fer-
se faire en présence d’un cadre SNCF du ser-
vice de la Traction. Son rôle est de veiller à
deux objectifs primordiaux que sont le res-
ces trains sont à la recherche de beaux cli-
chés photographiques. Les horaires deman-
dés par les organisateurs prennent en comp-
source de danger. En effet, un photographe
En médaillon:
dans l’abri de
conduite de la Moun-
tain, le mécanicien
et le cadre traction
au travail.
En double page:
Quincieux, lors de
son retour de Lyon
au Creusot.
À la fenêtre de l’abri,
l’auteur de l’article
(26mai 2007).
(1) Le terme exact est un «pilotage». Mais, dans ce
mot, il ne faut pas comprendre conduite du train.
Celle-ci est le rôle du conducteur (le terme mécani-
cien n’existe plus dans le vocabulaire officiel de la
l’article, nous ferons cette exception.
O.Carmelle
AOÛT2007
RAIL PASSION N° 118
77
contrôles à effectuer et les règles draco-
niennes de sécurité en présence d’un tel en-
141 C. Je m’exerce à repérer les principaux
organes (levier du régulateur, commande de
by-pass,
manomètres (conduite générale, boîte à va-
peur HP, réservoir intermédiaire – vapeur
avec Gérard sur la tenue adéquate: il me
manque les lunettes, la casquette et le fou-
lard. Tout cela n’est pas du folklore car il y a
bleu (le bleu de chauffe!) est indispensable
coton protège également de la chaleur. Les
gants sont utiles car tout ce qu’on peut tou-
Le chauffeur ouvre le gueulard pour mettre, dans les coins du foyer, des pelletés de charbon amené
par le «stocker», dont on devine l’arrivée dans la partie basse de la photo.
Le chauffeur à son poste. L’indicateur Flaman, au fond, indique la vitesse de 58km/h.
Photos O.Carmelle
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
78
le visage très souvent en dehors de la cabi-
ne: les lunettes et la casquette sont donc
Samedi 26mai 2007.
en gare de Bourg. Le chef de service m’an-
nonce que le train est bien à l’heure (13h25)
son arrivée. L’énorme machine arrive dans un
sont sur le dessus: je peux me présenter à
de suie: il finit ici son parcours.
Après les présentations,
Je place ma sacoche (propre!) dans le petit
sommes quatre en cabine. La chaleur rayon-
ne. Le conducteur se présente: il s’appelle
important pour lui car il est originaire d’Am-
une locomotive à vapeur sur ce secteur: sa
Bourg impose une bonne puissance. Le si-
gnal de sortie s’ouvre au vert; l’autorisation
de départ est donnée; le régulateur est ou-
membre de l’association crie «le
que les résidus de la boîte à fumée retour-
locomotive roule sans tractionner.
la loco-
20km/h et nous montons rapidement en vi-
tesse. La machine ne bouge pas. Elle n’a au-
conducteur manœuvre le levier du régulateur.
vapeur HP, qui affiche rapidement 10 bars.
Tout en ayant le visage dehors
courbes à droite, où la longueur de la loco-
loin. Dans de telles courbes, je me déplace;
charbon au foyer); j’écrase du charbon, et je
Avec le chauffeur, nous répercutons au mé-
D’un coup d’œil rapide,je vois le stocker
alimente en permanence le foyer. Le chauf-
feur ouvre la trappe du foyer: le feu illumine
pas le charbon sur les côtés de foyer: le
brusques. Gérard m’avait expliqué que, sui-
l’avant soit sur l’arrière. La variation du ni-
la tête de-
l’épaule de celui-ci. En plus de la 241 P, Denis
a déjà conduit des 141 R; l’expérience est
payante. Suivant le profil de la ligne, la posi-
On flirte avec la vitesse limite (80km/h), mais
sans jamais la dépasser. À Saint-Martin-du-
Mont, il se met à pleuvoir, la fête pour tous
les passionnés présents le long de la voie fer-
proximité d’Ambronay le passage du train. Il
jours. Pour démystifier l’aspect énorme de la
O.Carmelle
Lors de l’arrivée à
Mâcon, Jean-Fran-
çois, le mécanicien,
penché à la fenêtre:
la longueur de la
locomotive et le
corps important
du foyer n’autorisent
qu’une faible
visibilité.
Patrimoine
DE BOURG-EN-BRESSE À MÂCON, UN PARCOURS MAGIQUE SUR LA 241 P 17
En tête du «Bresse-
Nostalgie-Express»,
la 241 P 17 à hauteur
de Coutelieu,
dans l’Ain
(26mai 2007).
L.Gra
AOÛT2007
RAIL PASSION N° 118
79
locomotive (bruit, fumée…), nous avons re-
gardé la veille des photos de la 241 dans les
l’orage s’est arrêté et je retrouve donc ma pe-
aux regards qu’elle m’a reconnu. Je me sou-
les «bouilles» des deux enfants à qui l’on
la «P» donne toute sa mesure
d’Ambérieu. Denis ferme le régulateur en
poussant complètement le levier de com-
à la machine une réduction de vitesse sup-
plémentaire lors du franchissement des ai-
«ralentissement 60», nous savons que notre
vitesse sera obligatoirement de 30km/h. Sur
franchissons les aiguilles à 20km/h afin de
se mettre à 10km/h au niveau du poste d’ai-
Denis «rappel 30, avertissement». Nous
sommes dirigés vers la voie F. C’est celle pré-
en gare d’Ambérieu. La fête foraine bat son
plein dans le quartier de la gare. L’animation
aujourd’hui ne manque donc pas. La 241 P
s’immobilise en face de la borne à incendie:
1 heure 10 d’arrêt.
le tender. Je constate avec soulagement que
la prise d’eau se trouve dans la partie infé-
rieure du tender. Je n’avais pas envie de voir
des agents monter sur le tender afin d’y glis-
ser un tuyau. Les risques d’électrocution exis-
tent si on s’approche trop près du fil de caté-
naire. Tout cela est évité et c’est tant mieux.
C’est environ 10m
dans le tender. Le plein est fait. Il y a de la
marge car le tender dispose encore de 26m
(celui-ci fait 36m
). Mais les agents de l’as-
une déconvenue un peu plus tard. Les or-
d’huile sont effectués: la machine est vrai-
Malgré les averses, la locomotive
est copieu-
sement photographiée. À 15h30, tout le
sortie de la voie F s’ouvre; le chef de service
brandit le guidon de départ; je répercute
l’ordre à Denis: «Départ!» La 241 s’ébranle
la gare à 10km/h et, une fois la zone de limi-
de 200t). Un autre mécanicien de l’équipe,
là, la «P» donnait toute l’ampleur de ses ta-
lents. La conduite était alors totalement dif-
férente. Lorsque le train est lourd, le régula-
train est léger, la marche est sur la position
3/10 et c’est la manipulation du levier du ré-
problématique supplémentaire à une circu-
lation vapeur. La vapeur évacuée des pistons
par la cheminée fait accélérer, par un phé-
suffisant pour atteindre Lyon-Perrache.
fouetter mon visage et celui de Denis. Par la
AOÛT2007
RAIL PASSION N° 118
81
maintenant et Denis arrête sa 241 après la
Pendant ce stationnement,
clairs des tenues d’été!
à conduire. C’est Jean-François, ancien trac-
chef de service pour faire monter les voya-
tunnel m’empêche un peu de respirer. À
couvert dans l’abri, l’air est respirable. En re-
d’œil à l’extérieur pour observer les signaux:
pour sortir du tunnel au plus vite. Le méca-
minutes perdues à la sortie de Lyon-Per-
Pratique curieuse: c’est le chauffeur,
l’ordre du mécanicien, qui acquitte le fran-
chissement des signaux fermés: il a un petit
bouton sur les Flaman des BB 63000. En ser-
vice normal, c’est la prérogative du mécani-
Ce choix correspond certainement à un par-
De temps en temps, dans des courbes
favo-
le (bon?) air de la traction vapeur. Ah,
quand la passion est là!
nous est destinée est limitée à 10km/h par
bouche à incendie. Toutes les voitures sont à
quai!
il est 17h55. J’enlève
avant que la foule arrive: je profite du rayon
photographie souvenir.
j’avais reconnu le collègue de Dijon à Bourg!
moyen de transport (le car, snif!), je salue
les membres de l’association en les remer-
accompagnement grandiose, je garde main-
convivial qui anime les membres de l’associa-
tion du Creusot. Pendant ces quelques heures
passées en leur compagnie, je n’ai jamais en-
pendant tant d’années montre leur envie d’al-
ler vers l’avant. Bravo!
F.Lanoue
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
83

Ok 22.31
:
230 PKP (Wolsztyn) 1929

Pm 36.2
:
231 PKP (Wolsztyn) 1937

Ol 49.7
:
131 PKP (Wolsztyn) 1951

Ol 49.23
:
131 PKP (Wolsztyn) 1952

Ol 49.111
:
131 PKP (Wolsztyn) 1953

Pt 47.112
:
141 PKP (Wolsztyn) 1949

Ok 1.359
:
230 PKP (Wolsztyn) 1917

T
r 5.65
:
140 PKP (Wolsztyn) 1921

T
y 2.953
:
150 PKP (Chabowka) 1944

OKz 32.2
:
151 T PKP (Chabowka) 1934

T
r 12.25
:
140 PKP (Chabowka) 1921

Tkt 48.18
:
141 T PKP (Wroclaw) 1951

109.109
:
230 MAV (Budapest) 1917

475.111
:

423.0145
:

4575.5521
:
131 T GWR 1927

18.201
:
231 DR 1939 (reconstruite en
Les machines de la parade
1) Machines garées au dépôt après
le spectacle (27avril 2007).
2) La 141 T tchèque sur le pont
tournant du dépôt (27avril 2007).
3) La 131 T GWR 4575 n°5521
à Tuchorza (28avril 2007).
4) L’OKz 32.2 avec un train spécial
part de Tuchorza pour Wolsztyn
(29 avril 2007).
5) La Ty 2.953 à Stary Widzim,
en direction de Leszno
(28avril 2007).
6) La Pacific 18.201 quitte Wolsztyn
pour Cottbus (28avril 2007).
7 – 10) Lors de la parade: la TKt
48.18 (141 T); la Ty 2.953; l’Ok 1.359
des PKP (230) et la 230 109.109
des MAV; la Tr 5.65 (G 8-1)
(28 avril 2007).
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
84
PAR ROMAIN MERCIER
Deux packs sont sortis à ce jour:
le premier, intitulé «z7100dou.zip» (1,65Mo),
vous propose deux éléments automoteurs
véhicules: ZAB +ZRBDx. Il s’agit des Z 7126 et Z
7133 appartenant à la sous-série des Z 7121 à
7133;
le second, référencé «z7100qua.zip» (2,17Mo),
se compose des Z 7103 et Z 7112 appartenant à
la sous-série des Z 7101 à Z 7120, dans laquelle
apparaissent, dans l’ordre, une ZAB, une ZRAB,
Toutes les Z 7100 sont des ensembles réversibles
C’est la raison pour laquelle l’auteur de ces mo-
dèles a créé les remorques d’extrémité pilote
ZRBDx avec ou sans cabine virtuelle. Vous pour-
rez ainsi réaliser la composition de votre choix.
En réversibilité à 130km/h, vous utiliserez la ca-
bine virtuelle. Pour cela, il vous suffira d’appuyer
sur la touche 5 de votre clavier. Nous attirons
toutefois votre attention sur le fait que cette
dernière est, à l’instar de celle des RIO
(cf. précé-
rappelons aussi que les Z 7100 ne peuvent être
couplées qu’entre elles, hormis en cas d’achemi-
nement ou de secours.
nous noterons le manque de fenêtres transpa-
rentes ainsi que l’absence d’animation des es-
suie-glaces.
Si vous souhaitez faire vivre encore le mythe des
«zézettes» sur les lignes françaises de Train Si-
mulator, vous les utiliserez en priorité sur les
lignes de Bourgogne et de Rhône-Alpes, où elles
effectuèrent leurs derniers trains commerciaux. Il
ne nous reste plus qu’à espérer que quelques
créateurs se lancent dans la modélisation des
Z 7100 revêtues de la livrée rouge et crème d’ori-
Les Z 7300/Z 7500:
automoteur bicaisse monocourant 1,5kV a connu
sa première modélisation grâce à Benjamin Devil-
le, qui nous a proposé, dans la version 1.0, la
Pyrénées. Ce modèle, doté de textures conçues par
son créateur en collaboration avec Sébastien Néri,
est téléchargeable sur le site de Trainsimfrance: il
s’agit de l’archive exécutable «SNCF_Z7300.exe»
(3,43Mo). Henri Verpiot se servira par la suite de
cette automotrice pour étoffer la palette des li-
vrées. C’est ainsi qu’ont vu le jour, la Z 7366 jaune
Languedoc-Roussillon, la Z 7303 en livrée d’origi-
ne et une Z 2 rouge avec une numérotation bien
curieuse: 9307. Une erreur que vous aurez proba-
blement rectifiée. Lisez: Z 9507. En outre, ces
deux dernières automotrices n’ayant, semble-t-il,
jamais été parrainées, la présence de blasons est
surprenante, d’autant qu’ils sont localisés entre la
porte du compartiment à bagages et celle de l’es-
pace voyageurs. Dans la réalité, les blasons se
trouvent entre la fenêtre de la cabine et la porte
du compartiment à bagages.
Toutes ces automotrices se trouvent dans l’archive
compressée au format Zip « SNCF_Z7300_ 2.zip»
(2,17Mo) disponible sur le site d’Henri Verpiot.
Un an plus tard, début 2005, Stéphane Frolier
nous a proposé un superbe pack: «SNCFZ2Ver-
sion1.exe» (15Mo) très étoffé avec:
la Z 7324, à petites persiennes, en livrée TER
rouge, bien que de la région Midi-Pyrénées;
la Z 7370 revêtue de la livrée jaune du TER
Languedoc-Roussillon, à grandes persiennes, où
le blason de Monteux n’a pas étémodélisé. No-
tons qu’aujourd’hui sa livrée a évoluévers celle
du TER modernisé;
Alpes, avec petites persiennes horizontales;
la Z 7508 dans sa livrée d’origine, ici bien déla-
vée, à base de rouge et bleu avec persiennes ho-
rizontales.
Les Z 9500/Z 9600:
ces automotrices bicourant
160km/h, font aussi partie de ce même pack
Des engins à télécharger
volet):
les éléments automoteurs
électriques
Après avoir évoqué RIO et RRR (
Rail Passion
n° 116), nous passons, ici,
en revue les rames électriques automotrices TER (*).
Élément Z 7100 bicaisse en livrée bleue.
La Z 7370 croise la Z 7505, en livrée bleu Isabelle, à l’entrée de Moulinsard.
Captures d’écran par R.Mercier
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
85
de la Z 9610 bleue portant les autocollants TER de
la région Pays de la Loire. Ces modèles, incontour-
nables sur un réseau, méritent votre intérêt. En
effet, la création 3 D est très réussie et les cou-
leurs très réalistes. Sur chaque élément, vous
trouverez, à chacune des extrémités, l’attelage
automatique Scharfenberg. Cependant, nous ne
pouvons que regretter que les roues ne tournent
pas, que, sur la remorque de l’automotrice ZABD
7324, c’est-à-dire la ZRB 17324, un autocollant
TER Paca se soit glissé par erreur. Nous observons
également l’absence, en bas de caisse, des indica-
tions relatives au dépôt d’attache, à la masse,etc.
L’éventail, bien que large, n’est cependant pas ex-
haustif. Manquent, en effet, la livrée TER Bre-
tagne verte des Z 9600 et la livrée TER moderni-
sée. Du travail en perspective pour les plus
courageux, comme Sébastien Chavanel, qui, à
partir des créations 3 D de Stéphane Frolier, a
donné naissance aux Z 7320 et Z 7357 respecti-
guedoc-Roussillon. Le résultat est plutôt probant
sigle SNCF. En revanche, nous attendons toujours
le valeureux concepteur qui nous modélisera les Z
99581/582 de Franche-Comté et les Z 97381/382
bleues de Midi-Pyrénées revêtues du blason de
leur région. Aucun élément Z 11500 circulant
sous monophasé n’a actuellement vu le jour.
Pour vos compositions virtuelles, vous aurez
la possibilité de coupler jusqu’à quatre éléments,
ce qui correspond donc à des trains de deux à
huit caisses.
Les Z 5300
Outre les modélisations des automotrices utili-
sées sur la ligne C du RER (avant leur éviction to-
tale en mars 2003) et des éléments EAS (équipés
pour circuler agent seul), les Z 5300 mutées en
province pour assurer une partie du service TER
bénéficient d’un pack qui comprend des repré-
5445):

les Z 5394 et Z 5398 de Montrouge, utilisées
par la région Centre et sur Paris – Chartres;

les Z 5393 et Z 5401, basées à l’EMT de Bor-
Hendaye et Bordeaux – Langon notamment;

les Z 5383 et Z 5425, de Tours-Saint-Pierre. Ces
éléments qui œuvrent en région Centre sur les
navettes Saint-Pierre-des-Corps – Tours sont re-
produits avec les portes bleu marine.
Comme leurs consœurs bordelaises, elles com-
portent chacune trois caisses, suite à la suppres-
sion d’une ZRB intermédiaire; celles de Mon-
trouge, aux portes bleu Isabelle, sont, en
revanche, quadricaisses.
Un pupitre de conduite de Z 2 vu par Simon Charnay.
La Z 9610 franchit, un ouvrage d’art.
Les Z 5393 et 5401 évoluant sous 1,5kV continu.
Captures d’écran par R.Mercier
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
90
PAR GUY LANDGRAF
Arrivages variés, vaste choix
la gamme Hobby, de modèles français plutôt bien réalisés et vendus à des
prix abordables, on continue sur la lancée et on diversifie l’offre en repro-
duisant les livrées variées qui ont eu cours ces dernières années. Il en est
ainsi pour une nouvelle BB 67400 arborant la décoration actuelle «en
voyage…» ainsi que le nouveau logo de la SNCF: la 867419, qui est donc
une unité diesel affectée aux transports en région parisienne. À côté de
celle-ci, on trouve les 66048, de Toulouse, en livrée d’origine (bleu et filets
jaunes), 466103, de Tours-Saint-Pierre, et 466109, de Toulouse, toutes deux
en livrée vert fret, ainsi que la 66057 bleu diesel avec logo SNCF «à cas-
quette», de Tours-Saint-Pierre. En outre, une unité issue de la même série,
mais radiée du parc SNCF et réutilisée par l’entreprise Meccoli, arbore la
belle livrée jaune qui caractérise les engins utilisés par cette entreprise de
travaux ferroviaires. Elle porte, de surcroît, le sympathique nom de
Karine,
indiqué sur sa caisse. En plus de leurs caractéristiques techniques iden-
tiques, tous ces modèles HO bénéficient, par ailleurs, des mêmes compo-
sants que ceux qui les ont précédés, et leur fonctionnement est très satis-
faisant. Rappelons que ces modèles sont tous produits en séries limitées.
Références: 95163 (867419) ; 96103 (66048) ; 96108 (466103) ; 96109
(466109) ; 96110 (66057) et 96111 (Meccoli).
environ pour les 66000 et à 100
Camionnette publicitaire
roposée par la marque
, en HO, cette camionnette représente un
des célèbres «type H» Citroën. Cette variante du modèle mis sur le marché
il y a quelques années arbore ici les couleurs et les marques d’Orangina.
C’est donc la décoration, bien appliquée, qui fait toute l’originalité du mo-
dèle, celui-ci rappelant bien l’aspect anguleux du véhicule réel.
Un modèle pour animer par ses couleurs un coin de réseau miniature…
Référence:
41954.
Prix:
Photos N. Giambi/Le Petit Train-Bleu
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
92
PAR GUY LANDGRAF
Vauban a… sa locomotive
traction des trains internationaux entre la Belgique et la France, voire au-
particulier, puisqu’il porte, sur sa livrée classique, blanche à faces jaunes,
l’inscription «Le
Vauban
Bruxelles – Milan» correspondant au train inter-
national ainsi baptisé. Le numéro de la machine est 1324, du dépôt de Me-
relbeke. Sa chaîne cinématique est constituée d’un classique moteur cen-
tral fermé, accouplé à deux volants d’inertie et aux désormais habituels
arbres à cardans qui entraînent les quatre essieux au moyen d’engrenages
droits. Les pantographes sont fonctionnels et les attelages, normalisés, sont
Référence:
Prix approximatif:
Caisse mobile sur wagon
deux essieux spécialisé au transport de conteneurs et assimilés existe en
décoration Fret SNCF. Il est ici associé à une caisse mobile aux marques de
La Flèche. L’ensemble est de facture simple, mais correctement traité, ce qui
lui permet de valablement entrer dans une composition de ferroutage ac-
À signaler aussi que l’importateur SAI propose simultanément la même
caisse mobile seule, donc utilisable avec tout autre wagon porteur, voire
comme accessoire de décor pour une cour de débords, par exemple.
Références:
95641 (wagon et caisse); 1585 (caisse seule).
Prix respectifs:
Nouveaux minéraliers
près avoir mis sur le marché des wagons minéraliers de l’époque IV
n°115),
réutilise ses moules pour agrandir le parc constitué par
ces matériels prisés des amateurs. Ceux-ci peuvent, en effet, composer des
rames homogènes et réalistes, telles qu’on en rencontre sur les voies de la
SNCF, mais aussi sur les réseaux limitrophes. Tous ces wagons sont repro-
duits en HO et ont les mêmes caractéristiques: caisse plastique sur bogies
À noter qu’ils possèdent une caisse normale (type DM) ou avec rehausse
(type DMH). Bien entendu, ces wagons reçoivent tous des numéros diffé-
rents pour «coller» à la réalité. Les modèles sont toujours produits en dé-
coration de l’époque IV, voire V. Nous avons ainsi retrouvé les wagons por-
tant les marques de propriété de sociétés bien connues: Arbel (wagons
DMH gris), Sogewag (rouges), SCRC (bruns), Lorfonte (DM et DMH gris),
Unimétal (DM rouges). Comme lors de la première livraison, les wagons
sont vendus par deux, avec, évidemment, des immatriculations différentes.
La gravure comme les marquages sont d’excellente facture. Il est important
de souligner que ces matériels sont toujours produits en séries limitées.
Références:
30041-2 (DMH Lorfonte) ; 30043-2 (DM Lorfonte) ; 30044
Prix de chaque assortiment:
environ 60
Avis de recherche
Bernard Lavail, modéliste, vaporiste et collectionneur de
trains anciens et moteurs à vapeur, possède cette maquette
au 1/40 de 221 T. Il fait appel à la sagacité de nos lecteurs
pour savoir si cette machine a réellement existé et en
connaître l’historique.
W.Deleu
Photos N. Giambi/Le Petit Train-Bleu
ANGERS
49100
Train – Maquettes – Modélisme
5, r. Pierre-Lise –
T. 02 41 87 00 21
26, av. Gambetta
T. 02 41 58 40 71
info@angersjmr.com
EPIERRE 73220 / SATHONAY-CAMP 69580
Sort. n°25 de A43 Chambéry/Turin.
9h30 à 12 h – 15h
à 19 h.Fermé dim. et jeudi.
Modélis. Ferroviair. Tte les gdes marques
Spécialiste DIGITAL:Lenz, Märklin, Roco, Selectrix et Uhlenbrock.
PARIS
Trains miniatures modélisme
Tél. 01 48 74 71 97 – Fax 01 49 95 08 09
BESANÇON
Tél. 03 81 81 45 78 – fax 03 81 82 32 19
www.heli-modelisme.com
L’OMNIBUS
Modélisme ferroviaire
PARIS 75012 / LYON 69002
LYON
T. 04 78 37 61 81 – Fax 04 78 42 11 73 27
T. 01 44 68 03 30.
www.lepetittrainbleu.fr
Vente et réparations de modèles réduits
T. 04 74 00 42 22
Vendons ttes marq. et ts écartements
www. toutpourletrain.com
baillet.maintenance@free.fr
CHAMBRAY LES TOURS37170
33, r. Charles Coulomb – ZI n°2 La Vrillonnerie
37170 CHAM-
BRAY LES TOURS.
T. 02 47 27 40 69 – Fax 02 47 27 10 45.
cormier2@wanadoo.fr
45000 ORLEANS Tél. 02 38 62 49 73
nicolas-bonmarty@wanadoo.fr
www.magbleu.com
ferroviaire et du circuit routier.
Vente directe par correspondance. Prix attractifs.
FONTENAILLES77370
ESPACE MODÉLISME
T. 06 03 55 26 78 – Fax 01 60 67 07 20
AU PARADIS DES ENFANTS
Trains – Maquettes plastique et bois
T. 01 69 21 43 66
ETSDUCASSE
Toutes les grandes marques en stock.
Roco, Jouef, Electrotren, LSM, Vitrains, Ibertrenetc…
Vente en boutique et VPC – Tél./fax: 04 68 34 43 52
Trains miniatures toutes échelles
T. 03 88 25 57 45 –
Fax: 03 88 25 75 55
Du mardi au jeudi: de 14h à 19h, le vendredi: de 14h à 20 h, le samedi: de 10h à
Venez partager avec nous, votre passion du train à
AU P’TIT BAZAR DE KERYADO
Trains miniatures – Voitures de collections – Maquettes
Fax: 02 97 37 95 55
Modélisme – Maquettes – Train électrique
Tél. 02 51 62 42 00 – Fax: 02 51 36 18 00
HOBBY-TRAINS
Vente sur internet et VPC
Tél. 0870 447 855 – Fax 01 72 56 80 38
PARIS
PASSIONS
Modèles réduits – accessoires pour diorama- Véhicules 1/87
Tél. 01 43 22 53 69 – Fax: 01 43 22 51 79
www.planet-passions.com
one-eleven@club-internet.fr
PARIS
Vente de modèles réduits
Tél. 01 48 74 33 22 – Fax 01 48 74 21 76
RÉSERVEZ VOTRE ESPACE
PUBLICITAIRE
en contactant
Marilyne Ezan
Tél.: 01 49 70 12 04 – Fax: 01 49 70 01 77
marilyne.ezan@laviedurail.com
LES
BONNES
r. de la Lauzière 73220 Epierre. T. 04 79 36 26 08
SATHONAY MODÉLISME
À 20 min. LYON – 10h à 12h30 – 14h30 à 19h.Fermé dim.
odélis. Ferrov. Tte les gdes marques, spécialiste du décor miniature.
www.maurienne-trains.com
T. 04 78 23 88 71
RAIL PASSION N° 118
AOÛT 2007
94
PAR GUY LANDGRAF
Wagons en N
’est en effet en masse que nous ar-
rivent des grands wagons modernes,
sous la marque
. Pas moins
de 20 wagons de cinq types diffé-
rents, normalement commercialisés
en un seul coffret dénommé «Transit
alpin». Ce coffret contient: quatre
porte-conteneurs (ÖBB/Rail Cargo
Austria; NS/Suttons-Den Hartogh et
China Shipping; AAE-FS/Hanjin); quatre silos (FS/Moretti et Cita;
SNCB/TMF-Cita; SNCF/Granit); quatre couverts à faces coulissantes
(AAE/ÖBB ; AAE/FS ; AAE/SBB ; AAE/DSB); quatre citernes à bogies (deux
SBB/Wascosa; une NS/VTG; une SNCF/Millet); quatre wagons-poches à
bogies chargés d’une remorque routière (NS/Vos; ÖBB/Augustin;
SBB/Hangartner; SNCF/Novatrans).
Parmi ces wagons, on retrouve essentiellement des modèles déjà connus,
bien reproduits et aux décorations réussies. Seules les citernes SBB et NS
bénéficient d’une gravure nouvelle. À noter que la remorque Novatrans est
elle-même identique à celle déjà proposée antérieurement. Les inscriptions
de service sont remarquables de finesse.
Chaque wagon peut être acheté individuellement, sous réserve que le dé-
taillant accepte de désolidariser les modèles contenus dans ses coffrets. En
tout cas, voilà une bonne occasion de composer d’un seul coup un train
Référence:
Prix de l’ensemble:
Nouvelle voiture-
omme nous l’écrivions dans notre
n°115, les voitures-lits de type P de la
marques de trains miniatures. Après le
modèle sorti par Heris, voici celui de
, en HO. De même facture
que le premier (la base est d’origine chinoise, Modern Gala), ce nouveau véhi-
marques de la CIWL, mais celles de la SNCF, qui en avait incorporé quelques
unités à son parc lors de la cession du matériel roulant de la compagnie
Le modèle est ici fidèle à la voiture réelle, la gravure est bonne et la décora-
tion soignée. Deux immatriculations sont proposées simultanément.
Références:
41071 et 41072.
Prix:
environ 50
Les modèles mentionnés ont été prêtés par «Le Petit Train Bleu – Paris»
(Loco-Motiv)
, 276, rue de Charenton, Paris 12
CHERCHE
CC 14000.Achat ou échange pos-
sibles.Tél.: 06 20 25 21 16
avec poster et 4 hors-sé-
Vie du Rail de novembre 99 à
Tél.: 02 99 88 57 38
Rail Passion n°1 à 115.
État neuf. 450 euros.Biscahie,
A2 Rés. St Germain, 693 Av. de
PETITESANNONCES
Photos M.Grannec
N. Giambi/Le Petit Train-Bleu
AOÛT 2007
RAIL PASSION N° 118
97
Les rendez-vous
AGENDA
Manifestations
14-16 septembre.
Karlsruhe (Allemagne – Bade-
Wurtemberg): rencontres
internationales des Amis des
chemins de fer norvégiens
(expositions, animations, bour-
se d’échanges, conférences,
Rens.:
49721665 71 00 (soir).
Courriel:
roland.frindik@web.de
15-16 septembre.
Forest
(Belgique – Bruxelles)/Le Petit
Train à vapeur de Forest: jour-
nées portes ouvertes et inaugu-
ration officielle du nouveau
réseau (vapeur vive).
Rens.:
www.ptvf.be
Le circuit en 7 pouces
del’Association du petit
train du parc thermal,
autour du parc thermal de
Saint-Gervais-les-Bains
(Haute-Savoie – 74) est
ouvert, chaque après-midi,
les mercredis, week-ends
et jours fériés jusqu’au 15
septembre.
Rens.:
15-16 septembre.
Villeneuve-la-Garenne (Hauts-
de-Seine – 92)/Chemin de fer
des Chanteraines: à l’occasion
mise en service de nombreux
trains voyageurs et marchan-
dises, vapeur et diesels.
Également vapeur vive en 5
et 7 pouces 1/4.
Rens.:
0140858620.
16 septembre.
Massangis
(Yonne – 89)/Association du
train à petite vitesse de
Massangis (ATPVM): célébra-
tion des 20 ans du P’tit Train
de l’Yonne (circulations et nom-
breuses animations…).
Rens.:
0386339333.
Internet:
www.massangis.com
22-23 septembre.
Mariembourg (Belgique –
Namur)/Chemin de fer à vapeur
des Trois Vallées: Festival de la
vapeur à l’époque du vicinal
(circulation d’une locomotive de
1894, animations, bourse
Rens.:
32 (0) 60312440.
Le 11 juin 2007, La Poste a mis
en vente un timbre en l’hon-
neur de l’ouverture de la nou-
velle ligne à grande vitesse
Est-Européenne.
Baptisé «TGV Est-Européen»
et d’une valeur faciale de
0,54euro, il représente le pro-
fil d’une motrice d’une rame
POS, filant à toute allure vers
l’est sous une carte des des-
sertes jusqu’à Luxembourg,
Zurich et Francfort.
Le rendu est très bon; il man-
que seulement le logo SNCF
sur le nez de l’engin.
D’un format horizontal et im-
primé en héliogravure, il est
aux dimensions standard de
40 x 26mm.
Sa vente a été anticipée les 9
et 10 juin dans un bureau de
poste temporaire à la gare de
l’Est, à Paris, ainsi que dans
les principales gares desser-
vies comme Reims, Nancy,
Strasbourg ou Forbach, Col-
mar et Rethel, soit, au total, en
22 points.
M. Carémantrant
Traction électrique
J.-M. Allenbach, P. Chapas,
M. Comte et R. Kaller
Traction électrique
consti-
tue une référence incontour-
nable.
Destiné à la base aux élèves
ingénieurs, cet ouvrage traite
sur le
fond et
de ma-
nière
exhaus-
tive – la
problé-
mati-
la trac-
électrique, de ses origines
aux derniers développe-
ments, que cette deuxième
édition (à paraître cet autom-
ne) aborde plus particuliè-
rement.
Presses polytechniques et
universitaires romandes.
S.M.
PHILATÉLIE
ne fête du train a été or-
ganisée à Écueillé les 16
et 17 juin dernier par la So-
Argent (Saba), qui assure
l’exploitation touristique du
Train du bas Berry.
À cette occasion, la traction
vapeur a fait son retour après
53 ans d’absence. La 020 T
Corpet-Louvet/Frot n°25, ve-
nue du réseau de la baie de
Somme, a circulé au départ
d’Écueillé vers Argy, terminus
actuel de la voie métrique,
ainsi que vers la Foulquetière
en direction de Luçay-le-Mâ-
le. La correspondance était
assurée par l’autorail Verney
X 224 et par un train diesel.
Ce retour provisoire en atten-
dant la remise en état de la
020 T Corpet-Louvet/Frot
n° 11, confiée à la Saba, a été
un grand succès malgré une
météo capricieuse.
F. Lanoue
Le TGV Est-Européen a son timbre
Événement
Retour de la vapeur sur le BA
La Corpet-Louvet 020 T n°25 entre en gare de Pellevoisin avec le train spécial Écueillé – Argy (17 juin 2007).
F.Lanoue
Collection R.Chessum
DECOUVREZ VITE
LES NOUVEAUX FILMS
DES EDITIONS DU CABRI
LOCOVISION
Chaque DVD 30
VIDEO RAIL EVASION
25
e
e
e
e
e
PROFITEZ DES PROMOS !
25
e
e
e
e
e
25
e
e
e
e
e
NOUVEAU
HISTORIQUE
PROMO
49
e
e
e
e
e
NOUVEAU
Ces films sont en vente à
La Boutique
La Vie du Rail
11, rue de Milan, 75009 Paris
Fax : 01 49 70 01 77
www.laviedurail.com
Veuillez utiliser le bon de commande
N° 1 : Toulouse – La Tour de Carol
…….Réf : 328283…..Prix : 30
N° 2 : Veynes – Gap – Briançon
…………Réf : 328285…..Prix : 30
N° 3 : Besançon – La Chaux de Fond
…Réf : 328284…..Prix : 30
N° 4 : Nice – Limone
………………………..Réf : 328278…..Prix : 30
N° 5 : Clermont – Le Mont Dore
…………Réf : 328277…..Prix : 30
N° 6 : Fos – Lyon
……………………………..Réf : 328280…..Prix : 30
N° 7 :Autun – Avallon
………………………Réf : 328229…..Prix : 30
N° 8 : Ussel – Limoges
…………………….Réf : 328268…..Prix : 30
N° 9 : Clermont – Capdenac
……………..Réf : 328316…..Prix : 30
N° 10 : Charleville-Paris
…………………..Réf : 328340…..Prix : 30
N° 11 : Paris – Mulhouse
………………….Réf : 328341…..Prix : 30
N° 12 : Marseille – Gap
…………………….Réf : 328451…..Prix : 30
Collection VIDEORAILEVASION
N° 3 : CF de Provence Nice – Digne
……Réf : 328222……Prix : 30
N° 5 : Le Transsibérien à toute vapeur
.Réf : 328265……Prix : 39
N° 7 : La Chine 1 (Télérail)
N° 8 : La Chine 2 (Fabrice Lanoue)
La Chine 1 + 2
…………..
Réf : 328264……Prix : 49
N° 9 : En Pologne à toute vapeur
………Réf : 328281……Prix : 30
N° 10 : La Birmanie à vapeur
…………….Réf : 328315……Prix : 30
N° 11 : La Suisse ferroviaire 1
Réf : 328319……Prix : 25
N° 12 : La Suisse ferroviaire 2
Réf : 328342……Prix : 25
N° 13 : La Grande Bretagne
………………Réf : 328439……Prix : 39
N° 14 : En train au Tibet
……………………Réf : 328444……Prix : 39
N° 15 : La Suisse ferroviaire 3
Réf : 328449……Prix : 25

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Rail Passion n°118”