• Autorail 1956 en gare de Noyelles

    Le 9 septembre 1956 en gare de Noyelles, vue prise depuis la plaque tournante à trois voies, qui marque la fin de la ligne. Le transbordement des bagages vers la S.N.C.F. est en bonne voie.

  • 130T Decauville.

    Mollans, reconnaissable à son pont et à sa tour du Moyen Âge, dotée d’un cadran solaire en 1758, voit passer le 11 juillet 1951 un train de voyageurs pour Buis- les-Baronnies, tracté par Mollans, reconnaissable à son pont et à sa tour du Moyen Âge, dotée d’un cadran solaire en 1758, voit passer le 11 juillet 1951 un train de voyageurs pour Buis- les-Baronnies, tracté par une 130T Decauville..

  • autorails n° 1 et 3 Renault ABH6, 1948).

    Saint-Brieuc S.N.C.F. le 31 août 1952, une grande activité voyageurs règne : l’autorail n° 15 (De Dion-Bouton OC1, 1938) côtoie les autorails n° 1 et 3 (Renault ABH6, 1948).

  • l’autorail n° 903

    l’autorail n° 903 (Billard a 75 D, 1947) du Mamers - Saint-Calais franchit un ponceau au-dessus d’un petit cours d’eau le 8 mai 1953. L’ambiance est bucolique à souhait et illustre parfaitement la thématique du livre.

  • wagons bovins

    à Lapleau le 19 mai 1956, on s’aide de bovins pour manœuvrer les wagons, en l’absence d’une locomotive. Les paysans avec leur béret témoignent d’un monde rural qui a bien changé depuis. (c) photorail

  • Autorail

    en gare de Noyon, l’autorail n° 2 va partir sur Lassigny, alors que le n° 3 desservira Ham (7 novembre 1953). L’embarquement des voyageurs bat son plein, et les employés aident pour la prise en charge des colis. Des poteaux indicateurs sur les quais annoncent la direction. (c) photorail

La France des trains de campagne Les chemins de fer départementaux d’autrefois

20 mai 2016
- -

Ce livre est le troisième ouvrage regroupant des clichés de François Fontaine à paraître aux éditions La Vie du Rail. Le premier, inclus dans la collection Images de Trains, nous montre l’ambiance des lignes de la SNCF, et s’intitule logiquement Atmosphères ferroviaires. Le deuxième, paru en 2015 sous le titre Les Tramways d’hier en France, s’intéresse aux anciens réseaux de tramways, qui roulaient dans la plupart des grandes villes.

Pour ce nouvel opus, nous nous situons dans la lignée de l’ouvrage La France des lignes oubliées. Le choix s’est imposé de montrer les lignes d’intérêt local, ou les petites lignes d’intérêt général, dans leur décor de l’époque: la campagne. Car si aujourd’hui les rails de la SNCF et de quelques exploitants privés ne desservent pratiquement plus que les grandes villes, il n’en va pas de même au début des années 1950. Ainsi, malgré les nombreuses fermetures intervenues depuis les années 1930, le réseau ferré français dispose encore d’un certain nombre de lignes qui parcourent la campagne, en y desservant petites bourgades et villages, au rythme de quelques trains par jour. À vapeur, ou plus souvent en autorail, le voyageur lambda peut encore espérer se déplacer facilement sans l’aide d’une voiture individuelle, et admirer au passage le paysage et la vie de la région. C’est sous cet angle que le photographe capture des moments de vie d’un moyen de transport qui a depuis disparu. Dans le meilleur des cas, des des- sertes par car subsistent encore de nos jours, mais trop souvent, il est obligatoire d’acheter une voiture pour se déplacer. Le lecteur pourra ainsi se replonger au cours de ces quelques pages dans la France rurale ou citadine du début des Trente Glorieuses, bien souvent dans des paysages grandioses. La grande difficulté lors de l’élaboration du livre a été de situer et dater les clichés. Car si les négatifs sont précieusement conservés dans des pochettes en papier d’époque, il n’y a bien souvent que la simple précision du réseau d’indiquée sur celles-ci. Il a donc fallu s’appuyer sur la littérature existante, les éléments architecturaux présents sur les photographies, de vieilles vues aériennes, ou encore de poussiéreuses cartes routières Michelin, qui ont l’avantage de dessiner le tracé des lignes à l’époque. Mais j’ai également pu compter sur l’œil averti et avisé d’Henri Dupuis, qui n’a pas son pareil pour repérer des détails per- mettant de localiser un cliché. Les notes prises par le photographe dans ses carnets de route ont permis par recoupement des dates, saisons, et parfois de la météo, de dater précisément une grande partie des vues. Merci également à Didier Leroy, sans l’entremise duquel ces livres n’auraient pas pu voir le jour, et à la famille Fontaine, qui nous a autorisés à réaliser cette publication. Bonne lecture !

Pour commander  « La France des trains de campagne Les chemins de fer départementaux d’autrefois » cliquez sur la couverture du livre 

LA FRANCE DES TRAINS DE CAMPAGNE



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

EN SAVOIR PLUS