• À Mulhouse-Ville, la 241 P

    À Mulhouse-Ville, la 241 P 18 de Chaumont démarre le « Train de Paris » de l’après-midi, l’express 44, qui est venu de Bâle « en électrique » en avril 1965.

  • RGP 1 Au pont de Pyrimont près de Bellegarde

    Au pont de Pyrimont près de Bellegarde, une RGP1 assure l’express 5655 Lyon-Perrache - Genève-Cornavin durant l’été 1973, avec un seul arrêt, celui de Bellegarde.

  • 141 R dépôt de Belfort

    En février 1969, il y a comme une impression de blizzard sur le gril du dépôt de Belfort : les deux 141 R ont du mal à se tenir chaud !

  • A1A-A1A 68528 à Langres

    L’Accéléré 4042 et l’A1A-A1A 68528 marquent l’arrêt, en septembre 1968 à Langres : la voie est un peu trop courte et l’aiguilleur a préféré dégager les aiguilles à l’arrière afin de pouvoir recevoir d’autres trains dans le même sens. Le train est bien arrêté, la photo est posée, il suffit de remarquer la trace ondulée faite par la lanterne d’un agent qui vient vers la locomotive depuis le quai !

  • Picasso X 3800 Aillevillers ligne 4

    À Port-d’Atelier sur la ligne 4, gare de bifurcation vers Aillevillers par la ligne 165 (aujourd’hui disparue) et siège d’un grand site SNCF de fabrication et créosotage de traverses bois, le Picasso X 3800 circule en juillet 1965 en W (matériel vide) et semble peiner à trouver une voie libre au milieu de tous ces carrés unifiés. En arrière-plan on distingue la remise de l’ancien dépôt.

  • 140 C et 141 R

    À l’automne 1968 au dépôt de Sarreguemines, l’ambiance est inespérée quand on pense que cinq ans plus tard il n’y aura plus de vapeur, ni ici ni ailleurs à la SNCF ! Alors régalons-nous encore de cette concentration de machines fumantes, de ces portiques impressionnants, de ces grues hydrauliques et même des tuyaux d’alimentation en TIA. On peut voir ici les 140 C 159 et 19 ainsi que la 141 R 573.

  • RGP2 de Lyon-Vaise

    Une RGP2 de Lyon-Vaise assure en juillet 1970 à Lyon-Perrache l’autorail rapide 1re classe AS Lyon - Strasbourg par Ambérieu - Bourg-en-Bresse et Besançon.

  • 051 207-9

    En mars 1973, Sarreguemines était reliée fréquement à Sarrebrück par des navettes allemandes et par quelques directs Strasbourg - Sarrebrück. On voit ici la machine 051 207-9 qui évolue devant le BV pour aller se placer à l’autre bout de sa rame et repartir vers la capitale de la Sarre. Aujourd’hui c’est un tram-train, toujours allemand, qui assure exactement la même relation

  • BB 16650 Lérouville

    La BB 16650 immaculée entre dans les garages de Lérouville avec son train 71318 à 20h12, par une belle soirée de juin 1978.

  • X 2800 quitte Veynes

    En août 1985, un X 2800 quitte Veynes en direction d’Aspressur- Buëch. Le BV et les quais se trouvent à gauche de la halle à marchandises qu’on aperçoit au centre, et tout ce qui s’étend à droite est le côté marchandises : le petit faisceau, la halle, les voies de garages et le coin du VB (Voies et Bâtiments).

1965-1985 Vingt années qui ont changé le train

20 décembre 2015
- -
Par : Jean-Claude Marachin

Photographe ferroviaire au long cours, Jean-Claude Marachin nous livre, dans ce tome XXVI de la collection Images de trains, une vision très personnelle, souvent virtuose, du chemin de fer en France à l’apogée de sa diversité en termes de matériel roulant. En effet, on y trouvait tout à la fois un parc vapeur encore actif, bien mis en valeur par le noir et blanc, et des séries électriques et diesels nouvelles et conquérantes dont les livrées aux couleurs encore éclatantes sont magnifiées par le Kodachrome.

Mon activité photographique ferroviaire est née curieusement à l’École normale d’instituteurs, où, en fin de scolarité, il fallait rédiger un mémoire sur un sujet quelconque. Comme chaque week-end je voyais l’avancement des travaux d’électrification entre Mulhouse et Colmar, j’ai acheté un Agfa Silette (sans posemètre, ni télémètre, ni Reflex, ni objectifs interchangeables) et j’ai commencé à mitrailler à la mesure de mes finances ! Quelques photos de cet appareil figurent d’ailleurs dans cet ouvrage ! À l’ENS de Saint-Cloud, où j’ai poursuivi mes études et les trains, j’ai découvert le labo photo noir et blanc, où tout a commencé. Le hasard et la chance sont également intervenus : comme je transitais par la gare de l’Est pour rentrer de temps en temps en Alsace, j’ai fatalement découvert l’Afac en son soussol légendaire, ses réseaux : son président Daniel Caire (qui était prof de physique), Guy Laforgerie (que j’aurais beaucoup aimé mieux connaître), le « Père » Joulain, et Bernard Porcher, le président actuel, qui m’a poussé dans cette voie de diverses façons ! Un événement majeur pour moi a été l’organisation à cette époque, et je pense pour l’unique fois, d’un concours photo, que j’ai miraculeusement remporté avec la photo parue en couverture de Chemins de fer du TEE Arbalète dans la tranchée de Chaumont, reprise évidemment dans ce livre. Suite à cela, j’ai eu droit à la fameuse « autorisation de photographier » qui a rendu mon bonheur ferroviaire total ! Merci à ceux qui m’ont ainsi aiguillé sur la bonne voie et ouvert les signaux qu’il fallait et pardon à ceux que je n’ai pas cités.

(Extrait de la préface de l’auteur)

Pour commander « 1965 – 1985 Vingt années qui ont changé le train », cliquer sur sa couverture :

Les années qui ont changé le train



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

EN SAVOIR PLUS